GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreInfluence of the Location of Production Wells in Unconfined Groundwater Basins: An Analysis By Numerical Simulation
AuteurOphori, D; Toth, J
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 27, no. 5, 1990 p. 657-668, https://doi.org/10.1139/e90-063 (Accès ouvert)
Année1990
ÉditeurÉditions Sciences Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/e90-063
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Sujetsressources en eau souterraine; levés des eaux souterraines; eau souterraine; bassins; écoulement de la nappe d'eau souterraine; résurgence des eaux souterraines; hydrographie; aquifères; géomathématique; hydrogéologie
Illustrationsformulae; charts
RésuméL'exploitation potentielle des eaux souterraines en régime de production continue a été calculée par simulation numérique sur des modèles de nappes individuelles typiques des régions des plaines de l'Alberta, Canada. Le but était d'analyser les relations entre la localisation des puits d'eau, d'une part, et la productivité des puits et la stabilité des nappes, d'autre part. Ces relations sont exprimées en termes de deux paramètres de nappes hydrogéologiques appelés la production transitoire des nappes (PTN) et les ressources suralimentées des nappes (RSN). La PTN représent l'apport cumulatif d'eau dans le système, induit par et durant l'exploitation à un site particulier, du début jusqu'à l'obtention d'un régime permanent final. Les RSN, d'autre part, désignent la quantité d'eau captée à même les eaux de précipitation due à l'exploitation sur un site particulier et dans les conditions nouvellement établies d'un régime constant. La PTN atteint les valeurs les plus élevées aux puits localisés dans les zones d'émergence, et ces valeurs décroissent graduellement en se déplaçant vers les zones d'alimentation. L'explication est d'une plus grande proportion de l'eau d'écoulement naturelle, qui autrement serait perdue, est captée par les puits localisés dans les zones d'émergence que dans le cas des aires d'alimentation. D'autre part, les RSN sont plus élevées lorsque les puits sont localisés dans les zones d'alimentation plutôt que dans les zones d'émergence, car un pourcentage croissant de précipitation est converti en infiltration à cause de l'exploitation des puits et de plus en plus en se déplacant vers le haut des pentes du bassin hydrogéologique. Du point de vue de l'hydrogéologie régionale, ces relations jouent un rôle primordial dans l'optimisation de l'exploitation potentielle des ressources hydrogéologiques des grands nappes nonconfinées. Le taux de précipitation, simulé comme étant le taux d'infiltration potentielle maximum, est supposé constant dans le temps. Il est démontré également que, dans les conditions de chutes de pluies restreintes, l'exploitation dans une aire d'alimentation conduit à une instabilité des nappes plus précocement que si l'exploitation avait lieu dans une zone d'émergence. L'exploitation d'eaux souterraines régionales devraient être entreprises d'abord dans les zones d'émergence et déplacée par la suite vers les zones d'alimentation, et ce uniquement en cas de nécessité. Les facteurs tels les taux de précipitation et les positions des aquifères au sein d'un bassin hydrogéologique affectent la PTN et les RSN à divers degrés; par conséquent ils influençent la localisation optimale des sites des puits dans le bassin hydrogéologique.
GEOSCAN ID5450