GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreProbabilistic depth-damage curves for assessment of flood-induced building losses
AuteurMcGrath, H; Abo El Ezz, A; Nastev, M
ThèseSpringer
SourceNatural Hazards vol. 97, issue 1, 2019 p. 1-14, https://doi.org/10.1007/s11069-019-03622-3
Année2019
Séries alt.Ressources naturelles Canada, Contribution externe 20180306
ÉditeurSpringer Science and Business Media LLC
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1007/s11069-019-03622-3
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf (Adobe® Reader®); html
Sujetsinondations; niveaux d'eau; méthodologie; bâtiment; coût; hydrogéologie; Sciences et technologie
Illustrationsplots; tables; bar graphs; pie charts; sketch maps
ProgrammeGéoscience pour la sécurité publique, Évaluation quantitative du risque
Diffusé2019 05 28
Résumé(non publié)
La méthode la plus courante et la plus acceptée à l'échelle internationale pour évaluer les dommages causés aux bâtiments par les inondations est l'application d'une courbe des dommages en profondeur (CDD). Un CDD établit un lien entre le pourcentage de dommages ou la perte économique estimée et l'intégrité structurale et/ou le contenu d'un bâtiment directement à un niveau d'eau donné (profondeur). Le CDD représente généralement une structure moyenne à l'intérieur d'une catégorie de bâtiment donnée, par exemple, une résidence unifamiliale d'un étage. Étant donné la grande variabilité d'une catégorie structurale à l'autre, la variation des matériaux de construction, la qualité de la construction dans les collectivités et l'accent particulier mis sur la profondeur pour l'estimation des pertes, il est important de communiquer l'incertitude et la variabilité potentielle des pertes prévues dans toute évaluation. Dans le présent document, nous élaborons des courbes probabilistes des dommages en profondeur (PDDC) basées sur des CDD synthétiques issus de communautés du sud de l'Ontario. Les PDDC sont établis en fonction des seuils de pertes présumées, pour les niveaux de pertes mineures et majeures, tels qu'ils sont dépensés en dollars canadiens. Les estimations des pertes économiques ainsi obtenues et leur probabilité d'être dépassées à une profondeur d'inondation donnée expriment de façon plus transparente les pertes potentielles dans la collectivité et communiquent plus clairement la variabilité des catégories d'occupation des immeubles résidentiels. Un exemple appliqué de cette méthode est inclus pour l'estimation des pertes globales et par bâtiment.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
En général, on utilise une courbe des dommages en profondeur (CDD) pour évaluer les dommages causés aux bâtiments par les inondations. Ceux-ci illustrent une relation individuelle entre la profondeur de l'inondation et les pertes économiques. Une nouvelle méthode pour communiquer de manière plus transparente la probabilité de pertes économiques dues aux inondations est introduite par le développement de la CDD probabiliste. Ceux-ci sont générés à partir du CDD et des seuils de pertes (p. ex., 10 000 $ et 25 000 $) afin d'attribuer les pertes du bâtiment à différents états de classe de dommages : touchés, mineurs et majeurs.
GEOSCAN ID313142