GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreUpdated lithological, biostratigraphic, and thermal alteration data for the lLower Paleozoic, offshore Labrador, Canada
AuteurBingham-Koslowski, N; Miller, M A; McCartney, T
SourceAAPG ACE 2019 - American Association of Petroleum Geologists Annual Convention and Exhibition itinerary planner; P25, 2019 p. 1 (Accès ouvert)
LiensOnline - En ligne
Année2019
Séries alt.Ressources naturelles Canada, Contribution externe 20180251
ÉditeurAmerican Association of Petroleum Geologists
RéunionAAPG ACE 2019 - American Association of Petroleum Geologists Annual Convention and Exhibition; San Antonio, TX; US; mai 19-22, 2019
Documentsite Web
Lang.anglais
Mediaen ligne; numérique
Formatshtml
ProvinceTerre-Neuve-et-Labrador; Région extracotière du nord; Région extracotière de l'est
SNRC3
Lat/Long OENS -55.8833 -54.7000 54.9167 53.9333
Sujetsmarges continentales; plate-forme continentale; puits d'exploration; échantillons carrotés; géologie du substratum rocheux; lithologie; roches sédimentaires; carbonates; calcaires; dolomites; silstones; grès; caractéristiques structurales; fosses d'effondrement; biostratigraphie; palynologie; palynomorphes; spores; diagenèse; altération; maturation thermique; altération thermique; Puit Hopedale E-33 ; Puit Tyrk P-100 ; Puit Gudrid H-55 ; Puit Roberval K-92 ; Puit Indian Harbour M-52 ; Puit Freydis B-87 ; Bassin d'Hopedale ; géologie régional; stratigraphie; paléontologie; sédimentologie; Phanérozoïque; Paléozoïque; Carbonifère; Dévonien; Ordovicien
ProgrammeAtlas régionale de Baffin, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Diffusé2019 05 01
Résumé(non publié)
Des strates du Paléozoïque ont été recoupées dans sept puits situés au large du Labrador, Canada (Hopedale E-33, South Hopedale L-39, Tyrk P-100, Gudrid H-55, Roberval K-92, Indian Harbour M-52 et Freydis B-87) où elles constituent des vestiges dérosion, aujourdhui circonscrits aux planchers dune sélection de demi-grabens syn-rift du Crétacé dans le bassin de Hopedale. Les coupes du Paléozoïque varient en épaisseur de 4 m au puits Tyrk P-100 à plus de 400 m au puits Indian Harbour M-52 et sont principalement constituées de roches carbonatées (calcaire ou dolomie) ainsi que de roches silicoclastiques (siltstone et grès) qui représentent une succession de 300 m au puits Freydis B-87. Des analyses biostratigraphiques effectuées antérieurement sur cet intervalle ont été entravées par des degrés variables daltération diagénétique et de la récupération palynologique limitée qui en découle et ont livré, entre autres, les âges suivants : Paléozoïque non différencié, Ordovicien, Dévonien et Carbonifère. Les âges non cohérents et labsence de continuité latérale des strates du Paléozoïque ont empêché leur corrélation le long de la marge du Labrador tant à léchelle locale que planétaire. Les nouvelles analyses biostratigraphiques des strates paléozoïques de la marge du Labrador qui ont été réalisées sur des déblais de forage (7 puits) et de carottes (4 puits) ont mené à lobservation de palynomorphes de lOrdovicien supérieur dans 6 des 7 puits, où aucun palynomorphe plus ancien que le Sandbien na été identifié. Le septième puits, Gudrid H-55, renferme des palynomorphes mal conservés du Paléozoïque inférieur non différencié; cependant, en se fondant sur des ressemblances lithologiques et dun degré de maturation thermique équivalent à ceux dautres puits, Roberval K-92 en particulier, cet intervalle est également rapporté à lOrdovicien supérieur. Le degré de maturation thermique a été déterminé à laide de palynomorphes observés dans les puits Gudrid H-55, Roberval K-92, Indian Harbour M-52 et Freydis B-87 où les indices daltération thermique varient de 5+ à 6 (gaz sec). Une contamination significative provenant du Carbonifère a aussi été relevée dans les déblais de ces quatre puits où des spores affichent des indices daltération thermique de 3+ à 4 (dimmature à mature). Ces nouvelles données biostratigraphiques démontrent que lensemble de lintervalle paléozoïque dans le bassin de Hopedale remonte en âge au Paléozoïque supérieur et quil est maintenant possible détablir des corrélations entre les puits. En outre, le Paléozoïque de la marge du Labrador peut être corrélé à léchelle planétaire avec dautres dépôts chrono-équivalents de façon à obtenir une meilleure compréhension des paléoenvironnements de lOrdovicien supérieur ainsi que des changements qui se sont produits lors de cette période tectoniquement active précédant lextinction massive de lOrdovicien-Silurien.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les strates du Paléozoïque au large du Labrador ont peu été étudiées en raison de leur nature discontinue et restreinte. Il existe ainsi peu d'études de datation et celles-ci ont trouvé un éventail d'âges incohérents allant du Paléozoïque non différencié à l'Ordovicien, au Dévonien, voire au Carbonifère. Une nouvelle datation a permis de déterminer que chacun des sept puits de la marge du Labrador qui pénètrent les strates du Paléozoïque atteignait des strates de l'Ordovicien supérieur. Une évaluation de la maturité thermique a aussi établi que toutes les strates de l'Ordovicien supérieur existaient dans le gisement de gaz sec. Cette nouvelle chronologie permet maintenant de faire des corrélations aux échelles régionale (d'un puits à l'autre) et planétaire (comparaison des sédiments de la marge du Labrador avec des dépôts contemporains autour du globe) qui éclaireront possiblement la période de l'Ordovicien supérieur, un intervalle important pour l'histoire de la Terre sur les plans de la tectonique (début de l'orogénèse appalachienne) et de l'évolution (extinction massive.)
GEOSCAN ID312327