GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreMercury anomalies across the end Permian mass extinction in south China from shallow and deep water depositional environments
AuteurWang, X; Cawood, P A; Zhao, H; Zhao, L; Grasby, S E; Chen, Z -Q; Wignall, P B; Lv, Z; Han, C
SourceEarth and Planetary Science Letters vol. 496, 2018 p. 159-167, https://doi.org/10.1016/j.epsl.2018.05.044
Année2018
Séries alt.Ressources naturelles Canada, Contribution externe 20180118
ÉditeurElsevier
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.epsl.2018.05.044
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf; html; xlsx
Lat/Long OENS 99.0000 123.0000 33.0000 21.0000
Sujetsextinctions biotiques; anomalies géochimiques; géochimie du mercure; études des isotopes stables; concentration; milieu sédimentaire; milieux marins; marges continentales; milieu littoral; antécédents tectoniques; magmatisme; géologie du substratum rocheux; lithologie; roches ignées; roches volcaniques; basaltes; cendre volcanique; roches sédimentaires; calcaires; mudstones; marnes; schistes; carbone organique; géochimie atmosphérique; régions émettrices; paléogéographie; biostratigraphie; micropaléontologie; microfossiles; conodontes; stratigraphie; géochimie; tectonique; géologie de l'environnement; paléontologie; Phanérozoïque; Mésozoïque; Trias; Paléozoïque; Permien
Illustrationsgeoscientific sketch maps; lithologic sections; geochemical profiles; biostratigraphic charts
ProgrammeBassin de Sverdrup de l'ouest de l'Arctique, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
ProgrammeIGCP Project 630 - Permian-Triassic Climatic and Environmental Extremes and Biotic Response
Diffusé2018 06 06
Résumé(non publié)
Lors de l'extinction de masse de la fin du Permien, la vie sur Terre a été soumise à la pire crise biologique depuis l'apparition des organismes multicellulaires il y a 600 millions d'années. Il est bien établi que l'extinction de masse a coïncidé avec les éruptions des basaltes de plateau en Sibérie, mais le lien causal précis entre ces deux processus dans le sud de la Chine demeure incertain, en raison de leur grande séparation spatiale et de l'absence de preuves géochimiques les reliant. La concentration de mercure et l'analyse de ses isotopes stables nous fournissent un moyen de vérifier ces liens puisqu'il semble que la concentration de cet élément soit liée à l'activité ignée. Les rapports mercure/carbone organique total dans trois coupes de la limite Permien-Trias dans le sud de la Chine, pour lesquelles nous possédons un registre bien défini de l'extinction, affichent des valeurs élevées (jusqu'à 900 ppb/% en poids par rapport au bruit de fond de <100 ppb/% en poids) qui coïncident parfaitement avec l'horizon de l'extinction de masse de la fin du Permien. Cet enrichissement ne peut être corrélé à des variations des conditions d'oxydoréduction ou des taux de sédimentation durant cette période. Le fractionnement des isotopes de Hg indépendamment de la masse (delta-199Hg), où les valeurs sont constamment positives, révèle une signature de Hg volcanique provenant surtout d'émanations atmosphériques dans les milieux profonds de plate-forme continentale des coupes de Daxiakou et de Shangsi. En revanche, le milieu littoral de la coupe de Meishan affiche une signature de delta-199Hg négative qui serait, selon notre interprétation, le reflet de sources continentales de Hg. De telles différences temporelles dans les valeurs de delta-199Hg fournissent un nouvel éclairage sur le comportement de Hg dans les milieux marins, ainsi que sur les mécanismes destructeurs de vie associés au volcanisme, qui sont responsables de la forte mortalité biologique à la fin du Permien.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
La recherche de GEM s'est concentrée sur de nouvelles méthodes pour aider la corrélation circum-arctique des unités de roche a mené à la découverte qu'il y a des enrichissements anormaux du mercure en métal dans les sédiments déposés à la frontière de Permin Extinction. Il s'agissait de la plus grande extinction de l'histoire de la Terre et on pense qu'elle était liée à une éruption volcanique massive à cette époque qui, à bien des égards, avait des impacts similaires à ceux de l'activité anthropique moderne sur le climat et l'environnement. Le mercure est considéré comme un traceur de cette éruption. Le travail a été étendu avec des partenaires de recherche en Chine pour voir si le même enrichissement en mercure est observé à l'échelle mondiale. Ces résultats corroborent cette hypothèse et indiquent qu'il y avait un impact global du volcanisme qui a probablement eu un impact direct sur les écosystèmes et les environnements à ce moment-là.
GEOSCAN ID308362