GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreDinoflagellate evolution: a fossil perspective with modern overtones
AuteurFensome, R A; Riding, J B; Williams, G L; Carbonell-Moore, C; Janouskevec, J; Saldarriaga, J
LiensOnline - En ligne (1.77 MB)
Séries alt.Ressources naturelles Canada, Contribution externe 20170218
Réunion11th International Conference on Modern and Fossil Dinoflagellates; Bordeaux; FR; juillet 17-21, 2017
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
Sujetsfossiles; assemblages fossiles; Mésozoïque; Trias; Jurassique
ProgrammeSystèmes pétroliers de Baffin, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
ProgrammeSystèmes pétroliers de Baffin, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Des espèces de dinoflagellés qui existent encore de nos jours produisent des kystes (dinokystes) qui peuvent être préservés sous forme de fossiles. Les archives de tels fossiles attestent fortement d'une véritable radiation évolutive au Mésozoïque précoce. De récentes preuves en phylogénie moléculaire appuient également l'existence d'une telle radiation, particulièrement en ce qui a trait aux dinoflagellés thécates. Les fossiles les plus anciens proviennent de la fin du Trias et les formes précoces affichent une variété de morphologies qui ne sont pas reflétées étroitement dans les taxons plus récents. La plupart des dinoflagellés thécates actuels peuvent être classés dans les gonyaulacoïdés ou les péridinioïdés, reflétant ainsi une divergence qui s'est produite au Jurassique. Bien qu'incomplètes, les archives de dinoflagellés fossiles témoignent d'un fait important, soit l'existence de groupes aujourd'hui disparus, dont les nannocératopsialéens (un « chaînon manquant » entre les dinophysioïdés et les gonyaulacoïdés-péridinioïdés) et la sous-famille de péridiniacéens Wetzelielloideae. En outre, certains groupes étaient plus usuels qu'ils ne le sont de nos jours, p.ex. Cladopyxiaceae. Les cladopyxiacéens actuels n'ont pas encore été séquencés, mais des détails de leur tabulation donnent à penser qu'ils pourraient être proches de l'ancêtre commun des gonyaulacaléens et des péridinialéens. Des preuves moléculaires montrent que les gonyaulacoïdés constituent un clade unifié dans la ramification, mais que la cohérence des péridinioïdés actuels est plus équivoque. La tabulation des péridiniacéens actuels est vzriée, contrairement à la tabulation remarquablement stable des péridinioïdés fossiles. Il est possible que la plupart des péridiniacéens fossiles non calcareux à parois organiques (contrairement au proto péridiniacéens) appartiennent à un clade qui a été interrompu par l'extinction de Palaeocystodinium au Miocène. Tous ces exemples montrent que les archives fossiles sont essentielles à la compréhension de l'évolution des dinoflagellés lorsqu'on les intègre aux preuves moléculaires et anatomiques tirées des formes actuelles.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les dinoflagellés font partie du plancton moderne, et certaines espèces produisent des kystes qui ont laissé derrière eux d'importants fossiles. Historiquement, l'étude de la morphologie des dinoflagellés fossilisés et vivants nous a permis de comprendre l'évolution de cette espèce, mais récemment, l'avènement des études moléculaires (p. ex., ARN) a grandement amélioré notre connaissance de l'histoire de ces groupes d'organismes. Cependant, les fossiles demeurent notre seule façon de mettre à l'épreuve les scénarios d'évolution puisque ce sont les seuls qui peuvent nous fournir les preuves relatives aux groupes qui ont disparu et les processus évolutionnaires des groupes existants. Grâce à la collaboration entre des experts de diverses disciplines, on a pu mettre au point les meilleurs scénarios évolutionnaires au moyen de plusieurs sources de données probantes. Et une meilleure compréhension du passé de ces groupes d'organismes nous permet de mieux utiliser les fossiles de dinoflagellés en qualité d'outils biostratigraphiques et paléoenvironnementaux.
GEOSCAN ID306046