GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreStructural characteristics of the ocean-continent transition along the rifted continental margin, offshore central Labrador
AuteurKeen, C E; Dickie, K; Dafoe, L T
SourceMarine and Petroleum Geology vol. 89, 2018 p. 443-463, https://doi.org/10.1016/j.marpetgeo.2017.10.012
Année2018
Séries alt.Ressources naturelles Canada, Contribution externe 20170217
ÉditeurElsevier
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.marpetgeo.2017.10.012
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière de l'est
Lat/Long OENS -61.0000 -52.0000 59.0000 54.0000
Sujetslevés sismiques, navire; levés sismiques marins; marges continentales; marges continentales, atlantique; déformation; analyse structurale; croûte océanique; croûte continentale; régions extracôtières; levés de reflexion sismiques; vitesse des ondes sismiques; décrochement horizontal; anomalies magnétiques; tectonique; géologie marine
Illustrationslocation maps; seismic reflection profiles; graphs; geophysical images; schematic cross-sections
ProgrammeSystèmes pétroliers de Baffin, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Diffusé2017 10 16
Résumé(non publié)
Depuis plusieurs dizaines d'années, des études de la déformation structurale ainsi que de la nature de la zone de transition continent-océan de la marge continentale de divergence au large de la partie centrale du Labrador, ainsi que de sa marge conjuguée au large de la côte ouest du Groenland, nous ont permis de définir ce que nous comprenons des facteurs déterminants de l'évolution des marges pauvres en magma à l'échelle du globe. De nouvelles données de sismique-réflexion 2D sont maintenant disponibles pour l'ensemble de la marge du Labrador, ce qui pourra nous aider à modifier ou à raffiner nos connaissances. Dans le présent article, nous décrivons une partie de ces nouvelles données sismiques et les données de champs de potentiel correspondantes en relation avec des études antérieures, dont celle qui nous fournit un profil de vitesses sismiques dans les profondeurs de la croûte. Les données s'étendent à trois importantes zones définies par la structure et la composition en dessous du prisme sédimentaire. Ces trois zones, qui ont été définies lors de levés antérieurs de sismique profonde, sont les suivantes : 1) une zone de croûte continentale étirée, dont une région hyperétirée, surmontant en partie un manteau serpentinisé; 2) une zone de manteau subcontinental exhumé et serpentinisé; et 3) une zone de croûte océanique. Nous avons été en mesure d'étendre ces zones latéralement le long de la marge sur plus de 200 km. La croûte continentale touchée par le rifting est hyperétirée sur des dizaines de kilomètres vers l'intérieur du continent à partir de la zone de rupture, là où sont présentes de nombreuses variétés de failles normales ainsi que de possibles surfaces de décollement faiblement inclinées, dont certaines se situent près de la base de croûte ou à la base de celle-ci. Plus loin au large, le manteau a été serpentinisé, et probablement exhumé, et présente un caractère sismique nettement différent de celui de la croûte continentale. Dans cette zone, le socle peut former, par endroits, des crêtes marquées. À l'intérieur de la zone océanique, nous définissons une subdivision additionnelle qualifiée de domaine proto-océanique qui se caractérise par la présence de croûte océanique de caractère variable âgée de 70-65 Ma (chrons magnétiques 27-31) ainsi que, plus loin au large, d'une zone d'expansion des fonds océaniques en régime continu. Ainsi, l'expansion des fonds océaniques a débuté aux environs du chron 31. Les données de champs de potentiel et les modèles sont grossièrement compatibles avec ces zones. Un événement sismique fortement réfléchissant associé aux roches volcaniques postérieures au rifting est présent dans presque toute la région, particulièrement au-dessus de la zone mantellique exhumée et des parties de la croûte océanique. Nous discutons de ces résultats et les comparons à ceux d'études antérieures réalisées sur la marge conjuguée de l'ouest du Groenland et d'autres marges pauvres en magma bien étudiées. Étant donné que le rift s'est développé dans une lithosphère cratonique épaisse et froide, les résultats sont remarquablement semblables à ceux relevés au large de l'Ibérie et de Terre-Neuve, ce qui laisse croire qu'une longue histoire de rifiting ou un métasomatisme du manteau pourrait avoir affaibli la lithosphère avant que ne soit survenu le principal épisode de rifting.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Au large du Labrador, de nouvelles données industrielles d¿observation sismique par réflexion fournissent des images améliorées de la structure du sous-sol profond où les roches de la marge continentale se raréfient et laissent peu à peu place à la croûte océanique sous la partie centrale de la mer du Labrador. Il est important de comprendre cette transition dans le cadre des études des bassins régionaux puisqu¿elle fournit le contexte tectonique et les contraintes d¿âge pour les sédiments qui recouvrent cette couche et leur potentiel pétrolifère. Trois grandes zones structurales antérieures sont décrites et extrapolées latéralement le long de la marge, sur une distance de plus de 200 km. Nous montrons les caractéristiques sismiques de ces zones ainsi que les caractéristiques potentielles du terrain et nous définissons un domaine « proto-océanique » de la mince couche océanique ancienne. Les résultats sont comparés à la marge conjuguée du Groenland de l¿Ouest et à d¿autres régions qui présentent des similitudes avec d¿autres zones au large d¿Iberia et de Terre-Neuve.
GEOSCAN ID306045