GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreGPS coordinate time series measurements in Ontario and Quebec, Canada
AuteurAlinia, H S; Tiampo, K F; James, T S
SourceJournal of Geodesy 2017 p. 1-31, https://doi.org/10.1007/s00190-016-0987-5
Année2017
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160263
ÉditeurSpringer
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1007/s00190-016-0987-5
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceNunavut; Ontario; Québec
SNRC30; 40; 41; 31; 20; 21; 22; 32; 42; 43; 33; 23; 44; 34; 24; 45; 35; 25; 26; 36; 46
Lat/Long OENS -88.0000 -72.0000 66.0000 42.0000
Sujetsrelèvement isostatique; modèles
Illustrationslocation maps; tables; graphs; plots
ProgrammeOuest du Canada, risque géoscience, Géoscience pour la sécurité publique
RésuméDe nouvelles solutions de réseaux précis pour les stations GPS continues (cGPS) réparties dans l'est de l'Ontario et l'ouest du Québec assurent des contraintes sur le champ régional de vitesse de la croûte tridimensionnelle. Cinq années d'observations continues à quatorze sites de cGPS ont été analysées à l'aide d'un logiciel de traitement GPS de Bernese. Plusieurs sous-réseaux différents ont été choisis parmi ces stations et les données traitées et comparées afin de sélectionner la configuration optimale pour estimer avec précision les vitesses verticales et horizontales de la station et minimiser les erreurs associées. Les séries temporelles de coordonnées ont ensuite été comparées aux mouvements de la croûte à partir de solutions globales et la solution optimisée est présentée ici. Un modèle d'analyse du bruit avec loi de puissance et bruit blanc, qui décrit le mieux les caractéristiques de bruit des trois composantes, a été utilisé pour l'analyse de séries chronologiques GPS. La tendance linéaire, les incertitudes associées et l'indice spectral du bruit de loi de puissance ont été calculés en utilisant une approche d'estimation de la vraisemblance maximale (MLE). Les vitesses horizontales résiduelles, après élimination du mouvement de la plaque rigide, ont une amplitude compatible avec l'ajustement isostatique glaciaire attendu (GIA). Les vélocités verticales augmentent d'affaissement de près de 1,9 mm / an au sud des Grands Lacs pour s'élancer près de la baie d'Hudson, où le taux le plus élevé est d'environ 10,9 mm / an. Les vitesses horizontales résiduelles vont d'environ 0,5 mm / an, orientées vers le sud-sud-est, dans les Grands Lacs à près de 1,5 mm / an dirigées vers l'intérieur de la baie d'Hudson aux stations adjacentes à son littoral. Ici, les incertitudes de vitesse sont estimées à moins de 0,6 mm / an pour la composante horizontale et 1,1 mm / an pour la composante verticale. Une comparaison entre les vitesses observées et les prévisions du modèle GIA, pour une gamme limitée de modèles terrestres, montre un meilleur ajustement aux observations pour le modèle Terre avec la plus petite viscosité du manteau supérieur et la plus grande viscosité du manteau inférieur. Toutefois, le profil de la déformation horizontale n'est pas bien expliqué dans le nord, le long de la baie d'Hudson, ce qui suggère que des révisions de l'épaisseur de la glace sont nécessaires pour améliorer l'ajustement aux observations.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Cet article décrit la collecte et l'analyse des mesures du Système de Positionnement Global (GPS) effectuées sur les sites rocheux de l'Ontario et du Québec, la détermination des mouvements de la croûte à partir des mesures et l'interprétation du mouvement de la croûte en termes d'ajustement isostatique glaciaire. GIA est la réponse continue de la Terre solide au déchargement de la surface de la Terre qui s'est produite il ya des milliers d'années quand la nappe de glace qui a couvert la majeure partie du Canada a diminué et a disparu. Les mesures du mouvement de la croûte sont en grande partie conformes aux prédictions du modèle, sauf dans le nord du Québec où des révisions du modèle GIA pourraient être nécessaires.
GEOSCAN ID299421