GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreComparison of the influence of coastal proximity on ground thermal regimes at two High Arctic sites
AuteurBonnaventure, P P; Smith, S L; Lewkowicz, A G
SourceArctic Net Annual Science Meeting 2016; 2016 p. 23-24
LiensOnline - En ligne
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160232
ÉditeurArctic Net
RéunionArctic Net Annual Science Meeting 2016; Winnipeg, MB; CA; décembre 5-9 2016
Documentlivre
Lang.anglais
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC120E; 340B
Lat/Long OENS -86.0000 -84.0000 80.8333 80.0000
Lat/Long OENS -64.0000 -61.8333 82.7500 82.0000
Sujetspergélisol; regimes thermiques; températures au sol; congélation du sol; trous de mine; milieu côtièr; climat arctique; pédologie; Nature et environnement
ProgrammeSurveillance des variables climatiques, Géosciences de changements climatiques
Résumé(non publié)
Les données sur la température de l'air et du sol recueillies à la station des Forces canadiennes Alert (82°N, 62°W) ainsi que dans les environs d'Eureka (80°N, 86°W) dans l'île Ellesmere, au Nunavut, ont été analysées afin d'étudier le possible rôle joué par les inversions de la température de l'air sur la variation spatiale des conditions thermiques du pergélisol dans les régions côtières du Haut-Arctique. À ces deux endroits, les inversions fréquentes et durables de la température de l'air ont été consignées à l'aide d'une série de stations météorologiques et de puits instrumentés répartis suivant un gradient d'altitude. Au site d'Eureka, les stations météorologiques sont aussi réparties beaucoup plus loin à l'intérieur des terres (jusqu'à 5 km) qu'à Alert (2,3 km). Lors des épisodes d'inversion, qui peuvent durer plusieurs jours, les températures de l'air dans le fond des vallées à basse altitude peuvent être beaucoup plus froides que celles relevées dans les stations adjacentes situées à plus haute altitude et à distance de la côte. À Eureka, les températures de l'air augmentent à distance de la côte sur une base annuelle et saisonnière où la moyenne annuelle des températures augmente de 1,6 °C, de -17,2 °C à -15,6 °C, vers l'intérieur des terres suivant une progression logarithmique. La moyenne annuelle des températures à la surface du sol varie de -13,3 °C à -14,3 °C, mais n'affiche aucune tendance claire vers l'intérieur des terres que ce soit sur une base saisonnière ou annuelle, ce qui pourrait vraisemblablement s'expliquer par la distribution irrégulière de la neige le long du transect. Il existe cependant une tendance à l'augmentation des températures moyennes du sol à des profondeurs de 0,5 et 5 m vers l'intérieur des terres, de l'ordre de 3 °C et 1,1 °C respectivement. À la station Alert, des configurations semblables sont observées. Les températures du sol sont les plus élevées au site de plus basse altitude le long de la côte, où la température moyenne du sol sur une base annuelle est de -11,5 °C à une profondeur de 24 m, ce qui s'approche de la profondeur où l'amplitude de la variation annuelle est nulle. Ce site a reçu la plus forte accumulation de neige en comparaison des quatre autres sites situés plus loin à l'intérieur des terres, ce qui complique l'interprétation des effets de l'inversion sur l'hétérogénéité spatiale des températures du pergélisol. Cependant, aux sites plus loin à l'intérieur des terres possédant une plus faible couverture de neige, les températures du sol sont plus basses dans le fond des vallées qu'à plus haute altitude sur les parois de celles-ci. Les valeurs calculées de la température au sommet du pergélisol aux sites d'Alert indiquent que l'existence d'inversions de la température de l'air en hiver combinée à une couverture de neige variable permet d'expliquer les configurations de température du sol observées à Alert. Nous tirons la conclusion que les températures de l'air et les températures du sol augmentent vers l'intérieur des terres jusqu'à 5 km dans les environs d'Eureka d'après le logarithme de la distance à la côte. Cette analyse montre que les inversions de la température de l'air peuvent produire une hétérogénéité considérable dans le champ thermique de l'air et des profondeurs du sol dans les terrains du Haut-Arctique.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les résultats d'études sur l'impact de la proximité du littoral sur l'état thermique du pergélisol dans l'Arctique canadien seront présentés. Les données de température de l'air et du sol obtenues à deux sites sur l'île d'Ellesmere NU, soit Eureka et Alert, ont été utilisées afin de démontrer que, jusqu'à une distance d'au moins 5km, les températures annuelles moyennes de l'air et du pergélisol augmentent en direction de l'intérieur des terres. Des inversions persistantes dans les températures de l'air peuvent se développer pendant les mois froids de l'hiver, ce qui mène à des conditions plus froides aux sites de faible altitude, par rapport à ceux de plus haute altitude. De meilleures informations sur les variations de température de l'air et du pergélisol en fonction de la distance de la côte faciliteront des avancées dans les modèles régionaux de conditions du pergélisol. Ces informations aideront aussi à déterminer si le pergélisol des régions côtières et celui à l'intérieur des terres se réchauffent à des vitesses différentes en réponse au changement climatique. Une meilleure compréhension des conditions actuelles de pergélisol ainsi que des prévisions de conditions futures aideront à la prise de décisions éclairées en matière de planification de l'adaptation dans une région où l'on s'attend à ce que le climat change plus rapidement que d'autres régions.
GEOSCAN ID299349