GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreStudy of the postglacial marine limit between Wager Bay and Chesterfield Inlet, western Hudson Bay, Nunavut
AuteurRandour, I; McMartin, I; Roy, M
SourceCanada-Nunavut Geoscience Office Summary of Activities; Canada-Nunavut Geoscience Office, Summary of Activities (2016), 2016 p. 51-60
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160215
ÉditeurBureau géoscientifique Canada-Nunavut
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC56A; 56B; 46E; 46D; 56C; 56H
Lat/Long OENS -94.0000 -86.0000 66.0000 65.0000
Sujetssédiments marins; lignes de contact; blocs; terrasses; deltas; crêtes de till; datation au radiocarbone
Illustrationslocation maps; digital elevation models; photographs; satellite images
ProgrammeTehery-Wager Bay de la province de Rae, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
RésuméCet article présente les résultats préliminaires d'une étude sur l'invasion marine post-glaciaire entre la baie de Wager et Chesterfield Inlet (SNRC: 46D-Ouest, 46E-Sud, 56A, 56B, 56C-Est et 56H-Sud) dans le Nunavut. Cette étude s'inscrit dans la composante géologie de surface de l'activité GEM-2 Tehery-Wager du projet Rae. Cette activité est conduite par la Commission géologique du Canada et le bureau de géoscience Canada-Nunavut. Les résultats présentés proviennent d'observations de terrain faites en 2015 et 2016.
Les éléments géomorphologiques délimitant l'invasion marine sont représentés par des dépôts marins perchés et des signes d'épaulements tels que les plages de blocs, les terrasses marines, les deltas glaciomarins, les surcreusements par l'action des vagues dans les buttes de till et les surfaces de roc lessivées. La cartographie préliminaire et les mesures détaillées indiquent que la position maximale occupée par la mer augmente de 113-123 m dans le milieu de la baie de Wager (56H) jusqu'à 140 m à l'ouest de Roes Welcome Sound (46E et 56A). La limite marine reste relativement constante, variant entre 139m et 152m en direction du lac Tehery (56B et 56C). Afin de dater l'invasion marine, des échantillons ont été collectés à la limite marine. Comme la présence de coquillages marins est trop ponctuelle pour permettre une datation homogène avec le radiocarbone (14C), la méthode de datation utilisée sera la datation par exposition aux nucléides cosmogéniques. Les échantillons récoltés sont des surfaces de roc délavées par l'action des vagues.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les plaines côtières au nord-ouest de la Baie d'Hudson ont été envahies par la mer postglaciaire suite à la dernière déglaciation. Ce rapport présente une compilation préliminaire de la limite maximale de l'invasion marine délimitée à partir de la cartographie et des mesures d'élévation des lignes de rivage soulevées dans le cadre de la composante en géologie de surface de l'activité de GEM 2 Tehery-Wager du Projet Rae. Le rapport décrit les différents types d'évidence géomorphologique pour identifier la limite marine, les méthodes de terrain pour mesurer l'élévation des rivages, et l'échantillonnage et les méthodes de datation pour dater l'invasion marine. En outre la composition des sédiments de surface prélevés au-dessus et au-dessous de la limite marine sera étudiée. Les résultats vont permettre de caractériser la nature des sédiments de surface potentiellement remaniés par les processus marins, et appuieront le processus de prise de décisions pour l'exploration et la mise en valeur des ressources, et pour l'utilisation des terres.
GEOSCAN ID299318