GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreOrigins of kimberlite indicator minerals on Banks Island, NWT: Evidence for unknown arctic kimberlite(s) and the potential of bedrock inheritance
AuteurSmith, I R
Source2016 Yellowknife Geoscience Forum, abstract and summary volume; par Irwin, D; Gervais, S D; Terlaky, V; Northwest Territories Geological Survey, Yellowknife Geoscience Forum Abstracts Volume 2016, 2016 p. 70-71
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160178
ÉditeurNorthwest Territories Geological Survey |a Yellowknife, Canada (Yellowknife, Canada)
Réunion44th Annual Yellowknife Geoscience Forum; Yellowknife; NT; Novembre 15-17, 2016
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC88B/04; 88B/05; 88B/11; 88B/12; 88B/13; 88B/14; 88B/15; 88C; 88D/05; 88D/12; 88F; 97G; 97H; 98A; 98B; 98C; 98D; 98E; 98F
Lat/Long OENS-126.0000 -115.0000 74.7500 71.0000
Sujetsgisements minéraux; kimberlites; diamant; assemblages de minéraux; chromite; grenat; antécédents géologiques; glaciation; établissement de modèles; dépôts glaciaires; directions du transport de la glace; dispersion des sédiments; profils de dispersion; roches mères; Pliocène; Crétacé supérieur; géologie du substratum rocheux; lithologie; dépôts fluviaux; roches granitiques; datation radiométrique; isotopes; hafnium; ilménite; Formation de Beaufort ; Formation d'Isachsen ; géologie économique; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; géochronologie; géochimie; Phanérozoïque; Cénozoïque; Tertiaire; Mésozoïque; Crétacé
ProgrammeBassin de Sverdrup de l'ouest de l'Arctique, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
LiensOnline - En ligne (complete volume - volume complet, PDF, 1.72 MB)
Résumé(non publié)
Depuis 1996, des travaux d'exploration visant les diamants ont été menés dans l'île Banks par les sociétés Monopros, Diamonds North et Rio Tinto. Trois programmes de levés aéromagnétiques et 2 activités de travaux d'exploration sur le terrain ont été réalisés. Les levés aéromagnétiques n'ont révélé que des anomalies d'intensité faible ou moyenne. Les collections d'échantillons de sédiments de ruisseau ou de surface n'ont en général livré que des associations de minéraux indicateurs de kimberlite (MIK) peu abondantes (n<20) mais variées, qui se composent surtout de chromite et renferment de rares grenats G10 et G10D. Jusqu'à présent, aucune kimberlite n'a été identifiée dans l'île Banks, mais plusieurs l'ont été à l'échelle régionale dans le centre est de l'île Victoria, à la baie Darnley et dans la partie continentale des Territoires du Nord-Ouest (au nord et à l'est du Grand lac de l'Ours). Notre étude qui s'insère dans le programme Géocartographie de l'énergie et des minéraux (GEM) de la Commission géologique du Canada a été conçu de façon à produire un nouvel examen des données diffusées par l'industrie à la lumière d'un nouveau modèle de la glaciation et à évaluer le potentiel de l'île Banks pour la présence de kimberlites diamantifères. Au cours de deux saisons de travaux sur le terrain, on a recueilli des échantillons de sédiments afin de mettre à l'épreuve des terrains différents et des dépôts glaciaires particuliers pour leurs contenus en MIK et d'évaluer la possible dispersion en aval glaciaire suivant un nouveau modèle des écoulements glaciaires dans des secteurs où l'industrie avait précédemment relever la présence de MIK. Les travaux sur le terrain menés dans le cadre de notre étude ont permis d'identifier de nombreux lambeaux épars des sables graveleux de la Formation de Beaufort qui reposent sur les surfaces supérieures du pédiment dans la partie ouest de l'île Banks. Avant nos travaux, la présence de la Formation de Beaufort n'avait été signalée que dans les parties centrale et ouest de l'île Banks. Plusieurs des zones de captage dans lesquelles l'industrie a récupéré des MIK dans le nord-est de l'île Banks étaient réputées renfermer de tels lambeaux de la Formation de Beaufort. Puisque la Formation de Beaufort est un dépôt fluviatile du Pliocène, réputé pour la rareté de matériel granitique (et de ce fait pourrait renfermer une composante provenant du Bouclier canadien), elle a été ciblée pour l'échantillonnage de MIK. Les résultats obtenus révèlent que les dépôts de la Formation de Beaufort constituent une source possible de MIK provenant du socle rocheux. La Formation d'Isachsen du Crétacé supérieur constitue une autre unité fluviatile dans l'île Banks, réputée pour la rareté de fragments granitiques, qui a été une cible d'échantillonnage au cours de la saison de terrain de l'été dernier. Afin de pouvoir apporter une solution à l'histoire des kimberlites dans l'île Banks, il est important de pouvoir établir une distinction géochimique entre les MIK provenant de l'une ou l'autre de ces deux unités du socle rocheux et les MIK transportés par les glaciers sur de courtes ou longues distances.
Nous avons utilisé la datation par les isotopes de l'hafnium d'ilménites non crustales pour distinguer les sources possibles de MIK. Si les rapports isotopiques de l'hafnium dans les ilménites correspondent à ceux de kimberlites connues, cela appuiera l'hypothèse d'une dispersion glaciaire sur de longues distances des MIK dans l'île Banks. Les résultats analytiques qui seront présentés cernent un âge sur ilménite qui ne peut être concilié avec ceux des kimberlites connues à l'échelle régionale. Il peut cependant être apparié à ceux d'autres kimberlites situées beaucoup plus au sud de l'île Banks, mais ceci est incongru à la lumière de nos connaissances sur la dispersion glaciaire qui serait le mécanisme ayant transporté ces ilménites dans l'île Banks. Des preuves existent donc de l'existence de kimberlites inconnues dans l'île Banks ou à proximité.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
De nouveaux résultats importants au sujet de la prospection de la kimberlite (diamant) sont diffusés à l'intention d'un auditoire comprenant l'industrie minière, les sociétés d'exploration et les chercheurs scientifiques qui sont directement concernés par l'exploitation des ressources naturelles dans le Nord canadien. L'application d'une nouvelle technique de datation utilisant des grains d'ilménite, prélevés dans des échantillons de sédiments provenant de l'île Banks, a permis d'établir un âge remontant à l'Éocène (~55 Ma). Cet âge ne concorde pas avec celui de toutes les kimberlites connues dans la région, ce qui laisse supposer la présence de kimberlites inconnues, éventuellement dans le nord-ouest de l'île Victoria. Un résumé publié sur les kimberlites diamantifères connues dans le nord du Canada révèle l'existence d'une corrélation entre cette époque (Éocène) et les gisements dont la teneur est la plus élevée. La publication de ces résultats de recherche pourrait favoriser un regain de l'exploration ciblant les diamants dans cette région.
GEOSCAN ID299250