GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreZircon provenance data record the lateral extent of pancontinental, early Neoproterozoic rivers and erosional unroofing history of the Grenville orogen
AuteurRainbird, R H; Rayner, N M; Hadlari, T; Heaman, L M; Ielpi, A; Turner, E C; MacNaughton, R B
SourceGeological Society of America Bulletin 2017 p. 1-16, https://doi.org/10.1130/b31695.1
Année2017
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160172
ÉditeurGeological Society of America
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1130/b31695.1
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest; Yukon
SNRC77; 87; 88; 86I; 86J; 86K; 86L; 86M; 86N; 86O; 86P; 96I; 96J; 96K; 96L; 96M; 96N; 96O; 96P; 97; 106; 107
Lat/Long OENS-136.0000 -108.0000 74.0000 64.0000
Sujetsdatations au uranium-plomb; datation au uranium-plomb; datation radiométrique; roches sédimentaires; grès; analyse par spectromètre de masse; origine; orogenèse; Orogène de Grenville ; Supergroupe de Mackenzie Mountains ; Supergroupe de Shaler ; Groupe de Rae ; Groupe de Katherine ; Formation de Tsezotene ; Formation d'Escape Rapids ; Formation de Nelson Head ; Supergroupe de Mackenzie Mountains ; géochronologie; stratigraphie; sédimentologie; Précambrien; Protérozoïque
Illustrationslocation maps; stratigraphic columns; diagrams; stratigraphic correlations
ProgrammeBouclier à Selwyn du corridor de Mackenzie, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Diffusé2017 06 30
Résumé(non publié)
Nous présentons des données U-Pb tirées de zircons détritiques provenant principalement de grès fluviatiles du Supergroupe de Mackenzie Mountains (4 échantillons), au Yukon, et du Supergroupe de Shaler (7 échantillons), dans les Territoires du Nord-Ouest. La très grande similarité des jeux de données provenant d'unités largement espacées appuie les corrélations stratigraphiques proposées depuis longtemps entre les bassins de Mackenzie et d'Amundsen au Mésoprotérozoïque tardif-Néoprotérozoïque. La longueur de ce système fluvial hypothétique était d'au moins 1 200 km, soit beaucoup plus que celle des systèmes fluviaux actuels sur Terre. Les âges sur zircon témoignent surtout de sources locales à la base du Supergroupe de Shaler. Vers le haut de la succession, s'ajoutent progressivement des matériaux de sources plus distales dont les âges coïncident étroitement avec ceux de roches magmatiques typiques des provinces de Grenville et de Granite-Rhyolite de l'est et du sud de la Laurentie, respectivement. Deux épisodes d'apports de matériaux silicoclastiques, représentés par la Formation d'Escape Rapids et la Formation de Nelson Head (Groupe de Rae), plus récente, correspondent à des épisodes de soulèvement et de dénudation par érosion qui auraient suivi les deux principales phases de l'orogenèse grenvillienne, soit les phases shawiniganienne (env. 1 200-1 140 Ma) et ottavienne (env. 1 090-1 050 Ma). Les roches carbonatées de la Formation de Mikkelsen Islands, qui s'insère entre les deux formations précédentes, et celles de la Formation de Tabasco du bassin de Mackenzie, possiblement corrélative, témoigneraient selon notre interprétation d'un intervalle de calme tectonique et d'une réduction de l'apport de matériaux silicoclastiques. Nos travaux établissent un cadre de référence fondé sur les zircons détritiques pour les strates du Mésoprotérozoïque tardif-Néoprotérozoïque du nord de la Laurentie, lequel est comparable à celui défini pour les séquences de même âge de la région péri-Atlantique Nord. Ces strates pourraient s'être déposées dans de vastes bassins intérieurs semblables, possiblement reliés aux bassins d'Amundsen-Mackenzie et de Borden. Un tel scénario paléogéographique ne pourrait vraisemblablement se vérifier que dans une période d'agrégation continentale (p. ex. le supercontinent Rodinie), au moment où des zones orogéniques d'étiraient entre des blocs continentaux adjacents et que de vastes bassins occupaient l'intérieur du supercontinent.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Dans cet article, nous présentons des données de datation U-Pb sur zircon détritique de grès appartenant à des roches du Précambrien tardif des Territoires du Nord-Ouest (sept échantillons). Une grande similarité des jeux de données d'unités éloignées l'une de l'autre permet de confirmer des corrélations stratigraphiques établies de longue date entre les bassins de Mackenzie et d'Amundsen, ainsi que l'existence d'un réseau hydrographique anastomosé qui s'étendait sur au moins 1200 km, beaucoup plus vaste que tout réseau fluvial actuel sur la Terre. Les âges des zircons indiquent principalement des sources locales à la base de la succession avec l'introduction graduelle, vers le haut de la coupe, de sources qui correspondent étroitement aux âges des roches de la partie est de l'Amérique du Nord. Deux épisodes d'apport de sable dans les bassins correspondent aux deux principales phases de l'épisode de formation de montagnes du Grenvillien : les orogenèses de Shawinigan et d'Ottawa. Nos travaux permettent d'établir une référence de datation sur zircon détritique pour des roches du Précambrien tardif du nord du Canada, qui est comparable à celle de roches contemporaines de la région péri-Atlantique Nord.
GEOSCAN ID299227