GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreA petrochronological approach for the detrital record: tracking mm-sized eclogite clasts in the northern Canadian Cordillera
AuteurKellett, D A; Weller, O M; Zagorevski, A; Regis, D
SourceEarth and Planetary Science Letters vol. 494, 2018 p. 23-31, https://doi.org/10.1016/j.epsl.2018.04.036
Année2018
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160167
ÉditeurElsevier
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.epsl.2018.04.036
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf; html; docx; png; xlsx; xls
ProvinceColombie-Britannique
SNRC104N/03
Lat/Long OENS-133.5000 -133.0000 59.2500 59.0000
Sujetsantécédents tectoniques; accretion; sutures; terrains; evolution du bassin; antecedents thermiques; diffusion; métamorphisme; antecedents de sedimentation; subduction; frontières de plaques; orogénies; érosion; conditions de pression-température; bassins sédimentaires; clastes; éclogîtes; rutile; thermobarométrie; datation radiométrique; datation au uranium-plomb; datations au zircon; établissement de modèles; origine; régions émettrices; roches mères; géologie du substratum rocheux; lithologie; roches sédimentaires; conglomérats; analyses par microscope électronique; analyses par microsonde électronique; analyse par spectromètre de masse; analyses spectroscopiques; Canadian Cordillère; Ceinture d'Intermontane ; Groupe de Laberge ; Laurentie; Terrane de Yukon-tanana; Terrane de Stikinia ; tectonique; géochronologie; Phanérozoïque; Mésozoïque; Jurassique; Trias
Illustrationslocation maps; geoscientific sketch maps; photomicrographs; profiles; tables; spectra; phase diagrams; Concordia diagrams; models
ProgrammeTransitions de porphyres régionaux de l'ouest de la Cordillère, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Diffusé2018 05 08
Résumé(non publié)
Les sutures, qui rendent compte de l¿histoire accrétionnaire des terranes de la Cordillère canadienne, sont mal conservées. La cuvette de Whitehorse, un bassin synorogénique formé lors de l¿accrétion de terranes à la marge occidentale de la Laurentie, renferme un horizon d¿environ 300 m d¿épaisseur contenant des fragments d¿éclogite, dont la source correspond probablement à une zone de suture. En appliquant les techniques microanalytiques de pétrochronologie aux fragments d¿éclogite de diamètre millimétrique, dont la thermobarométrie et la thermochronologie in-situ de rutiles de même que la géochronologie et la modélisation de la diffusion thermique de zircons, nous avons pu encadrer le parcours des fragments, depuis la source jusqu¿au puits. Les fragments d¿éclogite ont probablement été métamorphisés dans des conditions maximales correspondant à des pressions de 2,2-2,9 GPa et des températures supérieures ou égales à 800 °C, puis refroidis à des températures supérieures ou égales à 610 °C, correspondant à la température de fermeture du système Pb dans le rutile, au cours du Jurassique précoce et, enfin, déposés dans le bassin avant le Plienbaschien terminal/Toarcien initial. Cette histoire requiert des valeurs minimales des taux moyens de refroidissement et d¿exhumation de l¿ordre de ~38 °C/106 ans et de ~4,1 km/106 ans, respectivement, ce qui est compatible avec les taux relevés ailleurs dans le monde pour les éclogites associées à des zones de subduction. Nous suggérons que la source la plus probable des fragments est la suture entre les terranes de Yukon-Tanana et de Stikine (Stikinie), qui aurait mis en jeu une collision au Trias terminal. Aurait alors suivi une rapide exhumation au Jurassique précoce de la plaque inférieure représentée par le terrane de Yukon-Tanana, soit par une extrusion liée à la flottabilité de la plaque ou bien par l¿entremise d¿un dôme extensif à noyau métamorphique. Notre étude démontre que les techniques microanalytiques utilisées en pétrochronologie peuvent être appliquées à de très petits fragments lithiques dans la succession sédimentaire pour éclairer les reconstitutions tectoniques des orogènes d¿accrétion.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
La formation de la chaîne de la Cordillère canadienne résulte du fusionnement de plusieurs blocs crustaux distincts, chacun contenant des types de roche particuliers dont les âges et le potentiel en ressources sont également particuliers. Notre étude porte sur une partie de l'histoire du fusionnement de ces blocs (ou « terranes ») qui est inscrite dans des sédiments distinctifs, provenant de l'érosion des montagnes et emportés vers un bassin pendant le fusionnement. Les cailloux qui font l'objet de notre étude ont été transformés en une roche appelée éclogite pendant qu'ils étaient soumis à une haute température (>750 °C) en profondeur (~80 km) dans la croûte. Diverses méthodes de laboratoire nous permettent de déterminer quand et à quelle vitesse les roches ont atteint la surface de la Terre, ont été érodées et déposées dans un bassin sédimentaire. Le refroidissement rapide et les vitesses d'exhumation que nous avons établis sont caractéristiques des zones de collision aux frontières des plaques. Les résultats obtenus nous permettent d'émettre l'hypothèse d'une collision entre deux terranes, les terranes de Stikine et de Yukon-Tanana, au cours du Trias tardif, il y a environ 200 millions d'années.
GEOSCAN ID299213