GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreIsotopic signatures of mercury contamination in Latest Permian oceans
AuteurGrasby, S E; Shen, W; Yin, R; Gleason, J E; Blum, J D; Lepak, R F; Hurley, J P; Beauchamp, B
SourceGeology vol. 45, no. 1, 2016 p. 55-58, https://doi.org/10.1130/G38487.1
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160079
ÉditeurGeological Society of America
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1130/G38487.1
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS 50.0000 120.0000 75.0000 60.0000
Sujetsmercure; géochimie du mercure; isotopes; rapports isotopiques; géochimie isotopique; organismes marins; sédiments marins; écologie marine; milieux marins; pieces; géologie de l'environnement; géochimie; pétrologie ignée et métamorphique
Illustrationslocation maps; formulae; graphs; stratigraphic columns; schematic diagrams
ProgrammeLIP de l'haut-Arctique de l'ouest de l'Arctique, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(disponible en anglais seulement)
Sedimentary records from the NW margin of Pangea and the Tethys show consistently anomalous high Hg levels at the Latest Permian extinction boundary. Hg stable isotope data through this interval show that background d202Hg values are consistent with normal marine conditions, but exhibit negative shifts coincident with increased Hg concentrations. Hg isotope mass independent fractionation (?199Hg) trends are consistent with increased volcanic input in deep-water marine environments. In contrast, near-shore environments have ?199Hg signatures are consistent with enhanced soil and/or biomass input. We hypothesize that the deep-water signature represents an overall global increase in volcanic Hg input and that this isotope signature is overwhelmed in near-shore locations due to Hg input from massive soil erosion and wildfire. This suggests that high productivity near shore regions of the world oceans may have experienced enhanced loading of Hg during the extinction event.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les scientifiques de RNCan ont été les premiers à établir, dans des travaux antérieurs, que les périodes majeures de volcanisme de l'histoire de la Terre (événements de grandes provinces ignées ou GPI) ont produit des rejets considérables de mercure toxique dans l'environnement. Ces circonstances ont entraîné des conséquences pour la vie, mais elles représentent également des repères de temps inscrits dans les sédiments, qui témoignent de la corrélation des roches sédimentaires à l'échelle mondiale. Les recherches menées actuellement dans l'Arctique canadien ont recours à des isotopes de mercure stables pour comprendre la distribution de ces métaux toxiques sur la planète, de même que leur intégration dans l'environnement. Cette méthode novatrice démontre plus particulièrement que les feux de végétation très étendus constituent une source d'apport supplémentaire de mercure durant les périodes d'éruptions volcaniques importantes.
GEOSCAN ID298841