GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreFirst results on velocity analyses of multichannel seismic data acquired with the icebreaker RV Araon across the southern Beaufort Sea, offshore Yukon
TéléchargerTéléchargements
AuteurRiedel, M; Hong, J K; Jin, Y K; Rohr, K M M; Côté, M M
SourceCommission géologique du Canada, Recherches en cours (En ligne) 2016-3, 2016, 27 pages, https://doi.org/10.4095/298840
Année2016
ÉditeurRessources naturelles Canada
Documentdossier public
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/298840
Medianumérique; en ligne
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière du nord
Lat/Long OENS-147.0000 -131.0000 72.0000 69.0000
Sujetslevés géophysiques; interpretations sismiques; levés sismiques; levés sismiques marins; séismologie; ondes sismiques; gaz; vitesse des ondes sismiques; sismo-sondages; hydrate; pergélisol; congélation du sol; glace fossile; bathymétrie; plate-forme continentale; talus continental; dépôts de pentes; géophysique; combustibles fossiles
Illustrationslocation maps; tables; profiles; logs
ProgrammeRisques géo marines, Géoscience pour la sécurité publique
Diffusé2016 09 29
RésuméEn 2013 et 2014, des données sismiques multicanal ont été acquises sur 1220 km dans la mer de Beaufort afin d'interpréter les structures sédimentaires à faible profondeur associées aux séquences sédimentaires d'Iperk et de Shallow Bay du Cénozoïque supérieur. Des analyses de la vitesse sismique indiquent une tendance vitesse-profondeur remarquablement constante à l'échelle régionale sous le talus pour les quatre premières secondes de temps de trajet double. Dans cette région, nous n'avons pas défini une tendance vitesse-profondeur distincte pour le secteur sous-jacent à la plate-forme continentale, un endroit où les données sont influencées par la présence de pergélisol. Des écarts par rapport à la tendance ont été relevés au niveau de discordances, notamment d'une discordance d'érosion supérieure.
Dans la région de la cuvette de Mackenzie, les données sismiques révèlent une tendance vitesse-profondeur différente dans la partie supérieure de la coupe et la région est marquée par la présence d'une importante discordance d'érosion, qui correspond vraisemblablement à la base de la séquence de Shallow Bay. Les analyses de la vitesse laissent croire à la suppression de terrains de couverture sur une épaisseur pouvant atteindre 425 m. Cependant, il s'agit là d'une surestimation de l'importance de l'érosion, étant donné que la compaction différentielle liée à l'histoire glaciaire n'a pas encore été prise en compte. Dans les eaux plus profondes (>750 m), on observe un réflecteur de simulation du fond marin, caractérisé par la présence de gaz libre et d'une zone lente.
Des analyses de trois entités d'expulsion de fluides dans le talus indiquent que l'entité Pokak et l'entité Triple-Mound sont liées à des structures anticlinales sous-jacentes. Une autre entité d'expulsion de fluides à sommet plat, sur le flanc d'un anticlinal équivalent, a également fait l'objet d'un examen, mais la présence de gaz à faible profondeur crée une zone aveugle sous cette structure. Des changements marqués de la fonction vitesse-profondeur au niveau de ces entités d'expulsion de fluides sont liés à la présence de gaz libre ou à des extrusions de boues fluidisées.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
En 2014, nous avons acquis des données sismiques multicanal sur 1 220 kilomètres linéaires dans la partie canadienne de la mer de Beaufort, au cours d'une croisière de recherche en collaboration avec l'institut coréen de recherche polaire. Nous avons obtenu des profils sismiques afin de cartographier les structures sédimentaires épicontinentales. Des analyses de la vitesse sismique indiquent une tendance régionale cohérente de la vitesse-profondeur sur le talus, à l'est de la cuvette de Mackenzie, avec des écarts observés à une discordance d'érosion supérieure associée à des linéations glaciaires à méga-échelle ainsi qu'à la base de la Formation de Shallow Bay. Les données acquises dans la région de la cuvette de Mackenzie indiquent une tendance vitesse-profondeur différente, alors que la région est marquée par une grande discordance d'érosion. Les analyses de la vitesse suggèrent la suppression de près de 600 m de morts-terrains. Dans les eaux plus profondes, un réflecteur de simulation du fond est caractérisé par la présence de gaz libre et d'une zone altérée. Les données ont permis d'analyser les caractéristiques d'expulsion des fluides et de déterminer que la source des boues extrudées sur le fond marin se situait à des profondeurs atteignant 3 km.
GEOSCAN ID298840