GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitrePotential field continuation between arbitrary surfaces comparing the methods
AuteurBoulanger, O; Pilkington, M
SourceGeophysics vol. 82, (2017), no. 3, 2017., https://doi.org/10.1190/GEO2016-0210.1
Année2017
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20160063
ÉditeurSociety of Exploration Geophysicists
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1190/GEO2016-0210.1
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Sujetsméthodes de collecte de données de terrain; champ de la pesanteur; champ magnétique; travaux de prospection; collectes des données; systèmes de gestion d'une base de données; simulations par ordinateur; applications par ordinateur; logiciel; géomathématique
Illustrationsformulae; magnetic anomaly maps; gravity profiles; tables; graphs
ProgrammeDeveloppements methodologie, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
Diffusé2017 03 09
Résumé(non publié)
Le prolongement des données de champ de potentiel d'une surface irrégulière à une autre, pas toujours horizontales, constitue souvent une partie essentielle du flux de traitement et d'interprétation des données. L'opération la plus fréquente consiste à réduire les valeurs de champ (ou quelque autre composante apparentée ou dérivée) à un plan horizontal afin de faciliter un traitement quantitatif plus poussé. Les méthodes de prolongement les données disponibles permettant de prolonger les données se réfèrent à deux principales approches. La première (fondée sur la source) implique un calcul de la distribution de la source qui génère un ajustement aux données et qui peut être utilisé pour calculer le champ en tout point au-dessus de celle-ci La seconde (fondée sur le champ) ne nécessite pas de détermination de la source et porte essentiellement sur les champs, mais peut exiger le calcul du champ sur une quelconque surface intermédiaire. Neuf méthodes différentes de prolongement ont été comparées (quatre fondées sur la source et cinq sur le champ) grâce à des tests synthétiques mettant en jeu des données réelles d'un levé héliporté réalisé au Yukon (Canada). Les méthodes préférées, celles de Guspi et de Hansen, n'ont pas recours à des approximations théoriques ou géométriques et utilisent des calculs intermédiaires sur un plan ou une surface proche de la surface d'observation. L'approche de Guspi est plus rapide, reposant sur un traitement dans le domaine des fréquences, mais la méthode de Hansen utilise des sources équivalentes suffisamment proches de la surface d'observation et systématiquement sous celle-ci, de sorte qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser de filtre passe-bas.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les données magnétiques et gravimétriques de terrain sont habituellement recueillies sur une surface dont le relief est variable. La plupart des méthodes d'interprétation exigent que les données soient sur un plan horizontal. Par conséquent, nous avons besoin de techniques pour convertir ou « reporter » les données d'une surface ondulée sur un plan horizontal. Afin de résoudre ce problème, nous avons évalué plusieurs techniques en fonction de la rapidité, de l'exactitude et de la simplicité de leur utilisation. Les méthodes que nous avons retenues offrent une exactitude acceptable, une rapidité d'exécution raisonnable ainsi que de la souplesse pour leur utilisation.
GEOSCAN ID298788