GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThe High Arctic LIP in Canada: Trace element and Sm-Nd Isotopic evidence for the role of mantle heterogeneity and crustal assimilation
AuteurKingsbury, C G; Ernst, R E; Cousens, B L; Williamson, M -C
SourceNorwegian Journal of Geology vol. 96, no. 2, 2016 p. 13-33, https://doi.org/10.17850/njg96-2-02
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150468
ÉditeurGeological Society of Norway
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.17850/njg96-2-02
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC49; 59; 69; 79; 89; 340; 560
Lat/Long OENS-118.0000 -62.0000 83.0000 75.7500
Sujetsinterprétations géochimiques; analyses géochimiques; géochimie des éléments en trace; analyses des éléments en trace; géochimie des éléments majeurs; géochimie du samarium; géochimie du néodyme; datations au neodymium-samarium; roches ignées; pétrologie ignée; pétrographie; Bassin de Sverdrup ; Formation de Strand Fiord ; Formation d'Isachsen ; géochimie; géochronologie; Mésozoïque; Crétacé
Illustrationslocation maps; plots
ProgrammeLIP de l'haut-Arctique de l'ouest de l'Arctique, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
L'évolution géologique de l'Arctique canadien au Crétacé a été marquée par une volumineuse activité magmatique, qui comprend la partie canadienne de la grande province ignée du Haut-Arctique, que l'on croit être l'expression du sommet d'un panache mantellique. Cette activité magmatique se manifeste largement par les vastes laves du Crétacé précoce de la Formation d'Isachsen, les basaltes de plateaux continentaux du Crétacé tardif de la Formation de Strand Fiord et le réseau étendu de dykes et de filons-couches, qui constituent les systèmes de canalisations des composantes extrusives. Dans les environs du fjord Sud de l'île Axel Heiberg, on trouve une petite partie structuralement complexe du réseau d'ensemble d'intrusions tabulaires de la grande province ignée du Haut-Arctique. Des échantillons ont été prélevés dans les intrusions de South Fiord et les laves basaltiques de la Formation d'Isachsen, qui composent ce réseau, en vue d'analyses visant à mieux comprendre leur pétrogenèse. Plus précisément, nous avons employé des rapports d'éléments traces concurremment à la systématique du couple isotopique Sm-Nd de façon à identifier les processus qui ont façonné l'évolution chimique des intrusions du South Fiord Sud et des laves de la Formation d'Isachsen afin de définir (1) la composition et les propriétés chimiques de la source mantellique et (2) le rôle joué par l'assimilation crustale. En se fondant sur les résultats du couple isotopique Sm-Nd, les magmas des intrusions de South Fiord proviennent d'une source mantellique homogène, alors que la source proposée pour les laves de la Formation d'Isachsen présente un caractère plus hétérogène. En outre, la modélisation réalisée à l'aide des rapports Th/ La, Nb/U, Ba/Th et Ba/Nb donne à penser que les produits de l'activité magmatique intrusive de South Fiord témoigne d'une contamination par des roches sédimentaires du bassin de Sverdrup. Inversement, la tendance vers de fortes valeurs du rapport Ba/Th dans les laves de la Formation d'Isachsen laisse croire à l'existence d'une composante sédimentaire de subduction qui proviendrait de zones de subduction à ce moment-là inactives. Nous émettons l'hypothèse (1) que les roches intrusives de South Fiord sont géochimiquement distinctes des laves de la Formation d'Isachsen et (2) que le sommet du panache mantellique de la grande province ignée du Haut-Arctique a recoupé et intégré les sédiments des protozones de subduction, qui ont mené à la formation des zones de subduction actuelles des aléoutiennes et de l'Alaska, afin de produire les coulées de la Formation d'Isachsen, alors que les intrusions de South Fiord (et celles du magmatisme de Strand Fiord auxquelles elles sont corrélées) ont été produites par l'interaction des matériaux d'un panache mantellique avec des roches sédimentaires de la croûte supérieure.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Cet article présente de nouvelles données géochimiques et interprétations basées sur des études de la formation Isachsen et roches intrusives associées de la Grande Province Ignée de l'Extrême Arctique (HALIP), au Nunavut. L'étude fait partie d'un projet de thèse doctorale co-encadré par M.-C. Williamson. Les résultats sont pertinents aux études géochimiques actuellement en cours dans l'activité HALIP, Projet de l'Arctique de l'Ouest, Programme GEM 2.
GEOSCAN ID297778