GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreLocal intensity of an earthquake that triggered Quyon valley landslide 1020 cal BP / Local intensity of an earthquake that triggered Quyon valley landslide 10120 cal BP
AuteurWang, B
SourceGeoVancouver 2016: Conference program and abstracts, 69th Annual Canadian Geotechnical Conference -/GeoVancouver 2016 : Programme de la conférence et résumés, 69ème Conférence annuelle canadienne de géotechnique; par La Société canadienne de géotechnique; 2016 p. 149
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150420
ÉditeurLa Société canadienne de géotechnique
RéunionGeoVancouver 2016: 69th Canadian Geotechnical Conference - 69ème Conférence annuelle canadienne de géotechnique; Vancouver, BC; CA; Octobre 2-5, 2016
Documentlivre
Lang.anglais
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceQuébec
Lat/Long OENS -76.1694 -76.1667 45.5028 45.5000
Sujetsséismologie; secousses séismiques; glissements de terrain; géophysique
ProgrammeOuest du Canada, risque géoscience, Géoscience pour la sécurité publique
LiensOnline - En direct (complete volume - volume complet, PDF, 11.6 MB)
Résumé(non publié)
Des études géotechniques ont été réalisées afin de déterminer la charge sismique ayant été nécessaire au déclenchement de l'énorme glissement de terrain de la vallée de la rivière Quyon, dans le sud-ouest du Québec, qui a été rattaché dans le passé à un tremblement de terre survenu à environ 1020 ans cal. BP. Des essais au pénétromètre à cône ainsi que des essais sur le terrain au scissomètre ont été menés en six endroits. Les résultats indiquent que la résistance au cisaillement du sol non drainé augmente de façon linéaire avec la profondeur. Une surface de glissement a été délimitée à une profondeur de 25 à 50 m sous la surface originale à partir des données des essais au pénétromètre à cône. Des modèles de l'équilibre limite ont été produits pour des analyses de la stabilité des pentes suivant sept coupes dans la région source : une coupe longitudinale le long de la rivière et six coupes transversales perpendiculaires à la rivière. La charge sismique minimale (accélération maximale du sol suivant l'axe horizontal) nécessaire à la rupture du versant a été déterminée par essais et erreurs pour chacune des coupes. Les modèles longitudinaux et transversaux ont produit la même valeur critique de la charge sismique, ce qui est compatible avec l'hypothèse du déclenchement du glissement de terrain par un tremblement de terre ainsi qu'avec les observations en surface qui indiquent que le glissement a progressé tant dans un axe longitudinal que latéral. Des études additionnelles d'autres glissements de terrain que l'on croit avoir été déclenchés par le même tremblement de terre seraient nécessaires à la détermination de la magnitude et de l'épicentre de ce séisme.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Cette recherche vise à déterminer l'intensité minimale des secousses du sol qui ont provoqué le glissement de Quyon, il y a environ un millier d'années. Nous avons simulé la stabilité des pentes en reconstituant le versant d'après des données résultant des études sur le terrain et en laboratoire. Nous avons constaté qu'une rupture de versant peut se produire à une accélération locale des secousses de 0,27 g (g = accélération de la pesanteur). Des études plus approfondies d'autres glissements de terrain sont en cours afin de situer l'épicentre et déterminer la magnitude du séisme.
GEOSCAN ID297555