GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreCoastal changes in the Arctic
AuteurOverduin, P P; Strzelecki, M C; Grigoriev, M N; Couture, N; Lantuit, H; St-Hilaire-Gravel, D; Günther, F; Wetterich, S
SourceSedimentary coastal zones from high to low latitudes: similarities and differences; par Martini, I P (éd.); Wanless, H R (éd.); Geological Society, Special Publication 388, 2014 p. 1-28, https://doi.org/10.1144/SP388.13
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150385
ÉditeurGeological Society of London
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1144/SP388.13
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest; Nunavut; Yukon; Région extracotière du nord
SNRC16; 25; 26; 27; 28; 29; 35; 36; 37; 38; 39; 45; 46; 47; 48; 49; 55; 56; 57; 58; 59; 65; 66; 67; 68; 69; 75; 76; 77; 78; 79; 85; 86; 87; 88; 89; 95; 96; 97; 98; 99; 105; 106; 107; 115; 116; 117
Lat/Long OENS-180.0000 180.0000 90.0000 60.0000
Sujetsmilieu côtièr; études côtières; gestion côtière; pergélisol; glace fossile; congélation du sol; températures au sol; climat arctique; géologie de l'arctique; fluctuations climatiques; climat; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; géologie marine
Illustrationslocation maps; tables; photographs; plots
ProgrammeInfrastructure côtière, Géosciences de changements climatiques
Résumé(non publié)
Le système climatique de l'Arctique est en train de changer: la température de l'air, le débit des grandes rivières et la longueur de la saison d'eau libre ont augmenté, alors que l'intensité et les pistes de tempêtes ont aussi changé. Des études quantitatives sur les taux de changement de la position de la côte à travers l'Arctique démontrent que les changements climatiques récents n'ont pas augmenté les taux d'érosion côtière qui varient actuellement entre 0 et 2 m par année en moyenne pour les mers du plateau continental polaire. Cependant, les données actuelles sont probablement insuffisantes, à la fois spatialement et temporellement, pour saisir les changements à l`échelle décennale et sous-décennale. Dans ce contexte, nous décrivons notre connaissance actuelle sur la dynamique côtière de l'Arctique, mettant l'accent sur les régimes d'érosion des côtes composées de dépôts sédimentaires riches en glace des mers des Laptev, de Sibérie orientale et de Beaufort, où l'érosion côtière locale peut atteindre 30 m par année. Nous examinons aussi les côtes ayant des substrats lithifiés (de roche) où la dynamique s'est intensifiée à cause du retrait rapide des glaciers. Les côtes de Svalbard, du Groenland et de l'archipel canadien sont moins souvent étudiées que les côtes continentales de l'Amérique du Nord et de la Sibérie qui sont riches en glace. Aussi, ces études se concentrent souvent sur des sections côtières composées de matériel non-lithifié. À mesure que la température de l'air et la durée de la glace de mer changent, l'allongement des saisons de dégel et par conséquent de l'eau libre vont intensifier la dynamique côtière de l'Arctique.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Le système climatique de l'Arctique est en train de changer: la température de l'air, le débit des grandes rivières et la longueur de la saison d'eau libre ont augmenté, alors que l'intensité et les pistes de tempêtes ont aussi changé. Plusieurs études sur l'érosion dans l'Arctique démontrent que les changements climatiques récent n'ont pas augmenté les taux d'érosion côtière (entre 0 et 2 m par année). Cependant, les données actuelles sont probablement insuffisantes, à la fois spatialement et temporellement, pour saisir les changements à l`échelle décennale et sous-décennale. Cet article décrit notre connaissance actuelle sur la dynamique côtière de l'Arctique, mettant l'accent sur les régimes d'érosion des côtes riches en glace des mers des Laptev, de Sibérie orientale et de Beaufort, où l'érosion côtière locale peut atteindre 30 m par année. Nous examinons aussi les côtes rocheuses de Svalbard, du Groenland et de l'archipel canadien où la dynamique s'est intensifiée à cause du retrait rapide des glaciers. À mesure que la température de l'air et la durée de la glace de mer changent, des saisons plus longues de dégel et par conséquent de l'eau libre vont intensifier la dynamique côtière de l'Arctique.
GEOSCAN ID297500