GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreStatic stress drop in the Mw 9 Tohoku-oki earthquake: heterogeneous distribution and low average value
AuteurBrown, L; Wang, K; Sun, T
SourceGeophysical Research Letters vol. 42, issue 24, 2015 p. 1-6, https://doi.org/10.1002/2015GL066361
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150336
ÉditeurAmerican Geophysical Union
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1002/2015GL066361
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS-144.0000 144.0000 38.7500 38.5000
Sujetsfailles, chevauchement; interpretations sismiques; modèles sismiques; données sismiques; analyses des contraintes de la roche; détermination des contraintes; réseau de contraintes; répartition des contraintes; études séismiques; mécanismes de tremblement de terre; secousses séismiques; géophysique; géomathématique; tectonique
Illustrationsseismic map; seismic images; location map; equations; graphs; structural diagrams
ProgrammeOuest du Canada, risque géoscience, Géoscience pour la sécurité publique
Résumé(non publié)
La distribution de la chute des contraintes statiques et la valeur moyenne de celle-ci dans l'ensemble de la région touchée par la rupture recèlent de l'information importante sur la mécanique des forts tremblements de terre. Dans le présent article, nous reproduisons la distribution de la chute des contraintes statiques à partir de 40 modèles de rupture publiés pour le tremblement de terre de magnitude (Mw) 9 de Tohoku-oki survenu en 2011, lesquels modèles reposent sur diverses observations multidisciplinaires. La valeur moyenne de la chute des contraintes dans la zone de failles circonscrite par la courbe identifiant un glissement cosismique de 5 m n'est généralement pas assez grande pour chacun des modèles de rupture; la moyenne pour les 40 modèles est de 2,4 +/- 1,3 MPa, en assumant une rigidité uniforme de 40 GPa. La valeur pour l'ensemble de la zone de rupture, si on prend aussi en compte une structure de rigidité plus réaliste, serait encore plus faible. Dans la majorité des modèles, la chute locale des contraintes dans des parties de la zone de rupture dépasse nettement 20 MPa. La distribution hétérogène de la variation des contraintes, où de fortes chutes des contraintes sont accompagnées par de fortes augmentations des contraintes, conduit à la faible valeur moyenne relevée pour ce tremblement de terre.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
La chute de contrainte, qui est la mesure du degré de contrainte tectonique libéré par un séisme, représente donc un paramètre important pour l''''analyse des risques sismiques. Dans cet article, nous recourons à 40 modèles de rupture publiés pour le séisme de magnitude 9 survenu en 2011 à Tohoku-Oki, au Japon, afin d'en déterminer la chute de contrainte. Notre principal constat est que la chute de contrainte moyenne subie par la zone de rupture n'est pas inhabituellement forte, en raison de l'hétérogénéité de la rupture. La valeur moyenne relativement faible est imputable à une combinaison de zones de forte chute de contrainte et de zones d'accroissement marqué de la contrainte. Cette recherche est de loin l'étude la plus exhaustive sur la chute de contrainte associée à un unique tremblement de terre de grande envergure, et ses résultats ont des conséquences importantes sur la compréhension de la mécanique du phénomène de rupture.
GEOSCAN ID297408