GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreGround temperatures and spatial permafrost conditions in Iqaluit, Baffin Island, Nunavut
AuteurLeBlanc, A M; Oldenborger, G A; Short, N; Sladen, W E; Allard, M; Mathon,
SourceSummary of Activities 2015; Canada-Nunavut Geoscience Office, Summary of Activities 2016 p. 161-170
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150333
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC25N/09; 25N/10; 25N/15; 25N/16
Lat/Long OENS -69.0000 -68.0000 64.0000 63.5000
Sujetspergélisol; sols; eau souterraine; températures au sol; températures géothermiques; températures des eaux souterraines; économique; géologie de l'environnement; hydrogéologie; pédologie; géologie régional; géologie des dépôts meubles/géomorphologie
Illustrationslocation map; temperature graphs; photographs
ProgrammeInfrastructures terrestres, Géosciences de changements climatiques
RésuméIqaluit est une ville importante pour le développement économique du territoire. Cependant, jusqu'à tout récemment, il y avait peu de données et de connaissance accessibles publiquement sur les conditions du pergélisol à Iqaluit. Afin de fournir une aide à la prise de décisions éclairées et au développement de stratégies d'adaptation pour contrer les impacts des changements climatiques, une étude conjointe entre le Bureau Geoscientifique Canada-Nunavut, Ressources naturelles Canada et l'Université Laval/Centre d'études nordiques sur les conditions du pergélisol à Iqaluit a été lancée en 2010. Les résultats de cette étude multidisciplinaire ont montré que les conditions du pergélisol à Iqaluit, telles que les sols riches en glace, varient grandement spatialement et en profondeur. Les températures du sol à trois sites de suivi actuel (2010-2015) et à un ancien site (1988-2004) indiquent que le pergélisol s'est réchauffé en profondeur et que la couche active s'est épaissie depuis l'établissement du premier site de suivi en 1988. Ce réchauffement est de l'ordre de 3,7 °C à 5 m de profondeur alors que la couche active s'est possiblement épaissie d'environ 30 cm. Les résultats montrent aussi qu'un couvert nival épais influence le régime thermique du pergélisol; augmentant sa température d'au moins 2°C à 10 m de profondeur.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Entre 2010 et 2015, une étude sur les conditions du pergélisol à Iqaluit a été réalisée afin de fournir une aide à la prise de décisions éclairées et au développement de stratégies d'adaptation pour contrer les impacts des changements climatiques. Cet article résume les publications les plus importantes réalisées dans le cadre de cette étude et discute du régime thermique du pergélisol provenant de trois sites de surveillance à Iqaluit. Ces données thermiques n'avaient jamais été publiées auparavant. Les résultats soulignent le fait que les conditions spatiales du pergélisol à Iqaluit sont très variables. Nos résultats peuvent servir à identifier les zones de pergélisol riche en glace et d'autres terrains problématiques pour le développement. Les données thermiques indiquent que le pergélisol s'est réchauffé en profondeur et que la couche active s'est probablement épaissie depuis l'établissement du premier site de surveillance en 1988. Le développement urbain d'Iqaluit, les pratiques du propriétaire pour les maisons au Nunavut et la réhabilitation de l'aéroport International d'Iqaluit sont des exemples connus où nos résultats ont joué un rôle dans le processus décisionnel.
GEOSCAN ID297396