GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreAn ecoregional assessment of freezing season air and ground surface temperature in the Mackenzie Valley corridor, NWT, Canada
AuteurSmith, S L; Riseborough, D W; Bonnaventure, P P; Duchesne, C
SourceCold Regions Science and Technology vol. 125, (2016), 2016 p. 152-161, https://doi.org/10.1016/j.coldregions.2016.02.007
Année2016
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150154
ÉditeurCold Regions Science and Technology
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.coldregions.2016.02.007
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC85C; 85D; 85E; 85F; 85K; 85L; 85M; 85N; 86C; 86D; 86E; 86F; 86K; 86L; 86M; 86N; 87B; 87C; 95; 96; 97A; 97B; 97C; 97D; 105; 106; 107A; 107B; 107C; 107D; 115A; 115B; 115G; 115H; 115I; 115J; 115O; 115P; 116A; 116B; 116G; 116H; 116I; 116J; 116O; 116P; 117A; 117D
Lat/Long OENS-140.0000 -116.0000 70.0000 60.0000
Sujetseau souterraine; propriétés du sol; sols; pergélisol; congélation du sol; écosystèmes; températures au sol; géologie de l'environnement; hydrogéologie; pédologie
Illustrationslocation maps; tables; graphs; equations
ProgrammeInfrastructures terrestres, Géosciences de changements climatiques
Résumé(non publié)
Afin d'étudier les tendances latitudinales et temporelles affichées par divers indices de température dérivés, nous avons utilisé les données provenant d'un réseau de sites de surveillance de la température de l'air et du sol répartis le long d'un transect allant de la basse toundra arctique à la forêt boréale moyenne, en passant par les plaines de la taïga. Les paramètres étudiés comprennent les températures annuelles moyennes de l'air et de la surface du sol, les degrés-jours de gel, ainsi que le moment où s'amorce le gel à la surface du sol et celui où il est complété. Les données sur la température montrent une tendance nord-sud d'accroissement d'environ 0,75 °C par degré de latitude dans l'air, mais par ailleurs de 0,9 °C par degré de latitude à la surface du sol. Les écarts locaux de cette tendance régionale se situent entre environ ±1 °C à ±2 °C dans l'air et entre environ ±2 °C à ±6 °C à la surface du sol et l'amplitude de ces écarts augmente vers le nord dans les deux ensembles de données. Nous avons étudié la pertinence d'utiliser une valeur de seuil courante de l'indice de gel de l'air comme indicateur de conditions de gel suffisantes du sol pour les activités de construction et de transport en hiver en déterminant le nombre cumulatif de degrés-jours de gel à la surface à la date où l'indice de gel de l'air atteint 300 degrés-jours. Ce nombre de degrés-jours de gel était très variable et dans 20 % des cas était inférieur à 10. Ces faibles valeurs sont un reflet du taux plus faible du regel dans la couche active, particulièrement dans les sites étudiés les plus au sud où la valeur du facteur n de gel est faible (0,1-0,3) et que la couche active est épaisse (1,0-1,5 m). Au nord, l'analyse montre un écart important de la valeur du facteur n de gel, l'écart le plus large se manifestant dans le regel de la couche active et l'écart dans les valeurs les plus élevées se produisant au niveau des températures du sol dans la proche-surface, ce qui donne à penser que l'utilisation d'un seul indice de la température de l'air n'est peut-être pas appropriée pour tous les sites des écorégions étudiées.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Afin de réduire les perturbations de surface et de l'écosystème, les activités de déplacement et de construction dans le nord du Canada ont souvent lieu à l'hiver, lorsque le sol gelé offre une surface stable. Des données à long terme sur les températures de l'air et du sol près de la surface, qui proviennent d'un réseau de sites sur le terrain dans la vallée du Mackenzie, ont été analysées pour étudier la variabilité du moment où se produit la congélation du sol dans l'espace et le temps. On utilise généralement des indices de gel atmosphérique pour déterminer à quel moment le sol est suffisamment gelé. Cependant, les résultats de cette étude montrent qu'il y a peut-être eu une congélation limitée du sol, spécialement dans l'écorégion de la taïga et l'écorégion boréale, lorsque la valeur seuil de l'indice de gel atmosphérique a été atteinte. Ces résultats peuvent être utilisés pour élaborer des lignes directrices sur la planification dans le temps des activités de construction et de transport durant l'hiver. L'information est également fournie pour soutenir la conception de l'infrastructure et la planification de l'adaptation au changement climatique dans le nord du Canada.
GEOSCAN ID296838