GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreCanadian strong motion monitoring and recent datasets from Natural Resources Canada
AuteurCassidy, J F; Adams, J; Rogers, G C; Halchuk, S
SourceProceedings of the 11th Canadian Conference on Earthquake Engineering; 2015 p. 1-9
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150059
ÉditeurCanadian Association of Earthquake Engineers
Réunion11th Canadian Conference on Earthquake Engineering; Victoria; CA; juillet 21-24, 2015
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceColombie-Britannique; Alberta; Saskatchewan; Manitoba; Ontario; Québec; Nouveau-Brunswick; Nouvelle-Écosse; Île-du-Prince-Édouard; Terre-Neuve-et-Labrador; Territoires du Nord-Ouest; Yukon; Nunavut
SNRC1; 2; 3; 10; 11; 12; 13; 14; 15; 16; 20; 21; 22; 23; 24; 25; 26; 27; 28; 29; 30; 31; 32; 33; 34; 35; 36; 37; 38; 39; 40; 41; 42; 43; 44; 45; 46; 47; 48; 49; 52; 53; 54; 55; 56; 57; 58; 59; 62; 63; 64; 65; 66; 67; 68; 69; 72; 73; 74; 75; 76; 77; 78; 79; 82; 83; 84; 85; 86; 87; 88; 89; 92; 93; 94; 95; 96; 97; 98; 99; 102; 103; 104; 105; 106; 107; 114O; 114P; 115; 116; 117; 120; 340; 560
Lat/Long OENS-141.0000 -50.0000 90.0000 41.7500
Sujetsséismologie; réseau sismique; séismologie des secousses fortes; études séismiques; mécanismes de tremblement de terre; catalogues des tremblements de terre; géophysique
Illustrationslocation maps; tables
ProgrammeOuest du Canada, risque géoscience, Géoscience pour la sécurité publique
Résumé(non publié)
La surveillance des forts mouvements du sol est un domaine en rapide évolution au Canada, comptant de nombreuses organisations qui fournissent activement des données. Le présent article fournit une synthèse de l'état actuel de la surveillance des forts mouvements du sol dans l'ensemble du Canada et un survol des ensembles de données récents (depuis 2008) sur les forts mouvements du sol. En janvier 2015, la Commission géologique du Canada (CGC) ' une composante de Ressources naturelles Canada (RNCan) ' exploitait 132 instruments de mesure des forts mouvements du sol (accéléromètres Internet ou AI) dans l'ensemble du Canada, mais qui sont concentrés principalement dans les régions urbaines du sud-ouest de la Colombie-Britannique. BC Hydro exploite plus de 60 instruments de mesure des forts mouvements du sol à ses barrages et sous-stations répartis dans l'ensemble de la province. Le ministère des Transports et des Infrastructures de la Colombie-Britannique exploite maintenant environ 100 instruments (dont plus de 50 réseaux en champ libre et 5 en sondage) situés sur des infrastructures de transport critiques ou à proximité de celles-ci. L'organisation Ocean Networks Canada possède à l'heure actuelle 3 instruments de mesure des forts mouvements du sol disposés sur le fond marin à l'ouest de l'île de Vancouver et 5 instruments le long de la côte ouest de l'île de Vancouver. L'Université de la Colombie-Britannique (UBC) et le British Columbia Smart Infrastructure Monitoring System (BCSIMS) ont déployé 28 instruments, principalement dans des écoles du sud-ouest de la Colombie-Britannique. Dans l'Est du Canada, RNCan exploite 18 instruments de mesure des forts mouvements du sol (accélérographes ETNA) dans la région sismiquement active de Charlevoix, 4 AI à Ottawa et 4 AI à Montréal. Les autres organisations de l'Est du Canada qui exploitent des instruments de mesure des forts mouvements du sol comprennent, entre autres, Hydro-Québec à 12 de ses barrages et sous-stations; Ontario Power Generation et le gouvernement du Nouveau-Brunswick à leurs centrales nucléaires; Travaux publics et Services gouvernementaux Canada à la Colline parlementaire; et Gaz Métropolitain à ses installations de liquéfaction du gaz naturel à Montréal. Depuis 2010, plus de 150 accélérogrammes ont été enregistrés au Canada, dans tout un éventail de contextes tectoniques allant du milieu intraplaque (séisme de Mw 5,0 de Val-des-Bois, au Québec, en 2010) aux régions tectoniquement actives au large de la côte ouest de l'île de Vancouver (séisme de Mw 6,6) et au large de l'archipel Haida Gwaii (séisme de Mw 7,8 en 2012). Bien que certains forts tremblements aient été enregistrés, les mouvements du sol les plus forts ont été inférieurs à 0,2 g. Néanmoins, les ensembles de données demeurent utiles aux fins de comparaison avec les relations d'atténuation proposées et pour évaluer la réponse des sites à des séismes locaux. Les résultats de ces études sont utiles aux ingénieurs qui auront à évaluer les fortes secousses du sol générées par de futurs séismes.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Le système fort tremblement de terre de mouvement de surveillance au Canada (géré par RNCan et au moins huit autres organisations) se est étendu à plus de 320 instruments. Au cours de forts tremblements de terre à proximité ce sont les seuls instruments qui resteront sur l'échelle et de fournir le terrain précise secouant enregistrements requis par les ingénieurs et les premiers intervenants. Avec les communications en temps réel ces instruments offrent également de nouvelles possibilités pour le développement de systèmes d'alerte précoce séisme et le tsunami. Au cours des 7 dernières années, RNCan instruments forte de mouvement ont fourni près de 1000 dossiers de secousses sismiques. Le but de cet article est de mettre en lumière ce réseau de surveillance et de partager cet ensemble de données précieuse.
GEOSCAN ID296459