GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreLong-period response spectra of large scenario earthquakes in British Columbia
AuteurMolnar, S; Ventura, C E; Finn, W D L; Cassidy, J F; Olsen, K B; Dosso, S E
SourceProceedings of the 11th Canadian Conference on Earthquake Engineering; 2015 p. 1-8
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20150045
ÉditeurCanadian Association of Earthquake Engineers
Réunion11th Canadian Conference on Earthquake Engineering; Victoria; CA; juillet 21-24, 2015
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceColombie-Britannique
SNRC104; 103; 94; 93; 82
Lat/Long OENS-139.1500 -114.8667 59.9167 49.0833
Sujetssecousses séismiques; mécanismes de tremblement de terre; études séismiques; mouvements des plaques; séismologie des secousses fortes; risque sismique; risque de tremblement de terre; géophysique; géologie de l'ingénieur
Illustrationslocation maps; block diagrams; tables; spectra
ProgrammeOuest du Canada, risque géoscience, Géoscience pour la sécurité publique
Résumé(non publié)
La simulation numérique de scénarios de forts tremblements de terre est à l'avant-garde de l'analyse de l'aléa sismique et pourrait dans l'avenir se substituer aux équations de prévision des mouvements du sol (EPMS). La simulation numérique de la propagation en 3D des ondes sismiques par différences finies a été employée pour prévoir les mouvements du sol de longue période (= 2 s) dans les scénarios de forts tremblements de terre en Colombie-Britannique suivants : un tremblement de terre de mégachevauchement de magnitude (M) 9 dans la zone de subduction de Cascadia; des tremblements de terre profonds de M 6,8 dans la plaque océanique en subduction; des tremblements de terre peu profonds de M 6,8 dans la plaque continentale chevauchante (Molnar et al., 2014b). Les nouvelles valeurs des mouvements du sol proposées pour l'édition 2015 du Code national du bâtiment du Canada (CNBC), jusqu'à des périodes spectrales de 10 s, nous offrent l'occasion pour la première fois de comparer les mouvements du sol de longue période simulés à ceux fondés sur les EPMS du CNBC 2015. Dans le présent article, nous comparons les spectres de réponse de longue période estimés d'après les EPMS du CNBC 2015 aux simulations de rupture sismique dans le cas de forts tremblements de terre théoriques en Colombie-Britannique.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Bâtiment dispositions du code utilisent actuellement les conditions géologiques près de la surface comme un substitut pour estimer les variations de masse de secousses sismiques. Toutefois, dans les zones de grands bassins sédimentaires (comme le Grand Vancouver) de profondeur "structure bassin" peut jouer un rôle très important dans la modification des secousses du sol et les types de dommages résultant de tremblements de terre. Par exemple, dans le M 6,9 Kobe Japon tremblement de terre 1995, le dommage a été concentrée sur le bord d'un bassin. Dans cette étude, nous utilisons des modèles détaillés du bassin, des scénarios de tremblement de terre peu profonds réalistes et une modélisation informatique de pointe pour examiner la variation de secousses sismiques à travers la Colombie-Britannique au sud-ouest de séismes peu profonds. Notre étude montre que le bassin sédimentaire modifie pas significativement secouant le sol (beaucoup plus que la géologie près de la surface actuellement utilisée dans les codes du bâtiment) avec "bassin profond" facteurs d'amplification jusqu'à 8 fois et bien plus longue durée agitation (agitation modérée passant de 3 s 25 Durée s). Des études comme celle-ci contribueront à améliorer les futures versions de codes et de normes pour les bâtiments et les infrastructures.
GEOSCAN ID296408