GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreIsotopic evidence for oil sands petroleum coke in the Peace - Athabasca Delta
AuteurJautzy, J J; Ahad, J M E; Gobeil, C; Smirnoff, A; Barst, B D; Savard, M M
SourceEnvironmental Science & Technology (ES & T) vol. 49, 2015 p. 12062-12070, https://doi.org/10.1021/acs.est.5b03232
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20140458
ÉditeurNational Academy of Sciences
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1021/acs.est.5b03232
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceAlberta
SNRC74L/11
Lat/Long OENS-111.5000 -111.0000 58.7500 58.5000
Sujetsetudes isotopiques; isotopes de carbone; contamination des métaux lourds; hydrocarbures; hydrocarbures aromatiques; géologie de l'environnement; combustibles fossiles
Illustrationslocation maps; plots; tables
ProgrammeDéveloppement durable des sables bitumineux, Géosciences de l'environnement
Résumé(non publié)
La croissance continue des activités d 'exploitation minière et de valorisation dans la région des sables pétrolifères de l 'Athabasca au Canada soulève des inquiétudes quant aux émissions de contaminants tels que les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Bien qu 'une augmentation récente des émissions de HAP ait pu être démontrée dans les 50 km entourant le principal centre d 'opérations minières de surface et de valorisation, la nature exacte des sources prédominantes et l 'étendue de l 'aire de dépôt demeurent des sujets discutés. Dans le présent article, nous rendons compte d 'une répartition des HAP en fonction des sources possibles sur une période séculaire à l 'aide d 'une analyse isotopique de composés spécifiques double (d2H, d13C) du phénanthrène déposé dans un lac du secteur Athabasca du delta de la Paix-Athabasca situé à environ 150 km en aval (au nord) du principal centre d 'opérations minières. Les signatures isotopiques dans les carottes de sédiments ont été comparées à celles des principales sources possibles dans la région (c.-à-d. le bitume des sables pétrolifères de l 'Athabasca non traités, le coke résiduel issu du processus de valorisation, les feux de forêt, le charbon ainsi que la suie de combustion d 'essence ou de diésel). Au cours des trois dernières décennies, une augmentation significative (env. 55,0 par mille) de la valeur de d2H simultanément à une diminution (env. 1,5 par mille) de la valeur de d13C du phénanthrène pointent vers une plus grande composante de HAP provenant du coke de pétrole. Notre étude est la première à quantifier le transport à grande distance (c.-à-d. >100 km) d 'une source anthropique de HAP jusque-là négligée dans la région des shales pétrolifères de l 'Athabasca
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Cette étude révèle l'importance d'une source sous-estimée d'émissions d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) liée à l'exploitation minière dans la région des sables bitumineux de l'Athabasca : le coke de pétrole (petcoke), un sous-produit de la transformation du bitume. Il a été démontré que, la proportion de HAP provenant du petcoke, telle qu'identifiée par la signature isotopique du carbone et de l'hydrogène associée au phénanthrène, a augmentée au cours des deux dernières décennies dans un lac situé à environ 150 km au nord du centre des opérations minières de sables bitumineux. Cela implique que le transport atmosphérique à longue distance (c.-à-d., > 100 km) de contaminants organiques associés au secteur minier des sables bitumineux de l'Athabasca peut atteindre des sites plus distaux que précédemment rapporté.
GEOSCAN ID295858