GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreAssessment of potential impacts of shale gas development on shallow aquifers in the St. Lawrence Lowlands, Quebec, Canada
AuteurRivard, C; Bordeleau, G; Lavoie, D; Lefebvre, R; Ladevèze, P; Duchesne, M; Pugin, A; Séjourné, S; Crow, H; Pinet, N; Labrie, D; Aznar, J C; Ahad, J
Source 2015.
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20140429
RéunionAGU-GAC-MAC-CGU 2015 Joint assembly; Montreal; CA; mai 3-7, 2015
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier
Formatsdoc
ProvinceQuébec
SNRC21L/12
Lat/Long OENS -72.0000 -71.5000 46.7500 46.5000
Sujetsformation de fissures; fracturation hydraulique; exploration pétrolière; schistes bitumineux; gaz; levés sismiques; risque sismique; risque de tremblement de terre; études séismiques; eau souterraine; mécanique des sols; échantillons de sol; analyses de carottes de sondage; analyse de carottes; aquifères; schistes; géologie économique; combustibles fossiles; géophysique; Ordovicien
ProgrammeDeveloppements methodologie, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
Programme Gas de schiste - sismicité, Géosciences de l'environnement
Résumé(non publié)
Dans les basses terres du Saint-Laurent, le Shale d'Utica de l'Ordovicien supérieur présente un certain potentiel quant à la production de gaz de shale. Ce potentiel a été évalué par l'industrie entre 2007 et 2010, jusqu'à ce qu'un moratoire soit imposé à l'exploration du gaz de shale au Québec. Au total 29 puits ont été forés dans ce shale, dont 18 ont été soumis à une fracturation hydraulique. En raison du nombre limité de puits, le Shale d'Utica est considéré comme une zone gazière de région pionnière et, par conséquent, les basses terres du Saint-Laurent apparaissent comme un territoire «vierge» du point de vue de la fracturation hydraulique. En 2012, la Commission géologique du Canada a entrepris dans le secteur de Saint-Édouard, à 65 km au sud-ouest de Québec, un projet visant à déterminer si cette région était géologiquement à risque, avant que ne reprennent les activités de forage et de fracturation hydraulique. Le choix de cette région tient à l'existence du puits Saint-Édouard de la société Talisman, le puits le plus prometteur ayant traversé le Shale d'Utica, qui se situe par ailleurs dans une région disséquée par de nombreuses failles. La réalisation de cette étude repose sur l'emploi de données de nombreuses sources et l'exécution de travaux de terrain considérables comprenant l'échantillonnage de l'eau souterraine, des sols et des carottes et débris de forage, des levés sismiques à faible profondeur (env. 800 m), de la géophysique en sondage de puits peu profonds (de 30 à 150 m de profondeur), ainsi que des essais hydrauliques dans les sédiments et le socle rocheux. En outre, nous poursuivons la réalisation en laboratoire d'essais géomécaniques et d'analyses chimiques ainsi que l'interprétation de diagraphies acoustiques et de profils sismiques profonds.
Les résultats attendus de ces travaux sont de deux ordres. Premièrement, ils nous fourniront une meilleure compréhension des impacts potentiels de la mise en valeur du gaz de shale sur les aquifères peu profonds, grâce à l'identification des possibles connexions naturelles entre les formations géologiques en profondeur et près de la surface. Deuxièmement, l'élaboration d'une méthode d'estimation de la vulnérabilité en fonction des activités menées en profondeur sera lancée en se basant sur les travaux réalisés. Cette méthode pourrait servir de base pour l'attribution de permis et la réglementation afin de s'assurer que les études nécessaires soient réalisées par l'industrie concurremment aux activités d'exploration.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Nos travaux réalisés dans le cadre du projet sur les liens potentiels entre le Shale d'Utica et les aquifères à St-Édouard, dans les Basses-terres du St-Laurent, seront décrits à ce congrès. La méthodologie et les résultats préliminaires y seront présentés. Nous tentons de combiner le plus de données indirectes possibles pour tenter de savoir d'où provient le gaz présent dans l'eau souterraine de la région et, ainsi de voir s'il pourrait y avoir des connexions entre les formations géologiques profondes et superficielles.
GEOSCAN ID295815