GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreOil migration driven by exhumation of the Canol Formation oil shale: a new conceptual model for the Norman Wells oil field, northwestern Canada
AuteurHadlari, T
SourceMarine and Petroleum Geology vol. 65, 2015 p. 172-177, https://doi.org/10.1016/j.marpetgeo.2015.03.027
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20140333
ÉditeurElsevier
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.marpetgeo.2015.03.027
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC96E/07
Lat/Long OENS-126.5083 -126.0000 65.5083 65.0000
Sujetshydrocarbures; recuperation d'hydrocarbures; pétrole; analyses du pétrole; migration du pétrole; schistes bitumineux; pétrole; exploration pétrolière; ressources pétrolières; fractures; antécédents thermiques de la terre; Formation de Canol ; combustibles fossiles; stratigraphie; géologie structurale
Illustrationslocation maps; plots; cross-sections
ProgrammeBouclier à Selwyn du corridor de Mackenzie, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Nous présentons une recension et une intégration des contraintes propres à l'évolution thermique, au système pétrolier, à la géologie structurale et à la tectonique du champ pétrolier de Norman Wells afin de produire un nouveau modèle conceptuel ainsi que de définir un nouveau type de zone pétrolière pour les régions d'avant-pays tectoniquement actives. L'évolution thermique enregistrée par les roches du Dévonien donne à penser que les roches mères ont été soumises aux conditions thermiques maximales au Trias-Jurassique, au moment où l'huile a vraisemblablement été générée. Suite à la génération et à l'expulsion de l'huile, la Formation de Canol, constituée de shale pétrolifère, a conservé une partie de ses hydrocarbures. Le réservoir peu profond (650-350 m) est constitué d'un banc carbonaté du Dévonien surmonté par la Formation de Canol et se situe dans un bloc limité par des failles, dans le toit de la faille de chevauchement de Norman Wells. Tant les roches réservoirs que les roches mères présentent une fracturation naturelle et ont produit de l'huile non biogradée à forte densité API. Les failles de chevauchement dans la région se sont formées après le Paléocène et une coupe structurale du champ pétrolifère montre que les roches mères et les roches réservoirs à Norman Wells ont été exhumées de plus de 1 km depuis.
La proposition fondamentale du modèle d'exhumation est à l'effet que les roches de la Formation de Canol ont été exhumées par le jeu de mouvements de chevauchement, ont traversé la zone de transition ductile-fragile et que des fractures s'y sont formées en relation avec la zone de chevauchement dans une direction parallèle au pendage. La combinaison d'une surpression interstitielle et de fractures subverticales parallèles au pendage a permis de libérer l'huile de la Formation de Canol et d'en assurer la migration en amont-pendage. Les roches réservoirs ont été fracturées de manière semblable, ce qui a permis d'améliorer la perméabilité et d'augmenter la capacité de chargement et d'accumulation d'huile. Les données GPS et sismiques indiquent que le transfert de la déformation dans le nord de la Cordillère est une réponse à l'accrétion du terrane de Yakutat le long de la partie nord de la marge du Pacifique de l'Amérique du Nord. Ce processus d'accrétion constitue probablement la force motrice responsable du rétrécissement de l'avant-pays et de l'exhumation des roches à Norman Wells.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Champ de pétrole très prolifique, Norman Wells présente un casse-tête intéressant accompagné d'ensembles de données apparemment contradictoires. L'exploration dans la région centrale du Mackenzie a été orientée par un modèle conventionnel pour Norman Wells, qui n'a pas été fructueux. Le manuscrit présente un nouveau modèle proposant que le pétrole a résidé dans la formation de Canol depuis le Trias et qu'il a été libéré par un processus naturel de « fracturation » déclenché par une activité relativement récente de chevauchement des failles. Contraste frappant par rapport à l'ancien modèle conventionnel, où l'on cherchait des récifs non perturbés (forés sans succès), le nouveau modèle orienterait l'exploration vers les failles de chevauchement actives dans la région.
GEOSCAN ID295601