GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreArc and slab-failure magmatism in Cordilleran batholiths I - The Cretaceous coastal batholith of Peru and its role in South American orogenesis and hemispheric subduction flip
AuteurHildebrand, R S; Whalen, J B
SourceGeoscience Canada vol. 41, no. 3, 2014 p. 255-282, https://doi.org/10.12789/geocanj.2014.41.047
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20140245
ÉditeurGeological Society of America
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.12789/geocanj.2014.41.047
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS-80.0000 -74.0000 -8.0000 -15.0000
Sujetsorogenèse; magmatisme; batholites; subduction; zones de subduction; failles, chevauchement; plis; analyses structurales; tectonique; pétrologie ignée et métamorphique; stratigraphie; Cambrien; Ordovicien; Carbonifère; Permien; Paléozoïque; Trias; Jurassique; Crétacé; Mésozoïque; Cénozoïque
Illustrationslocation maps; cross-sections; stratigraphic columns
ProgrammeGestion de programme de l'ouest de la Cordillère, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
RésuméNous avons étudié les relations spatiales et temporales des unités de roches dans la portion ouest de la Cordillère du Pérou, où deux bassins crétacés, la fosse d'accumulation de Huarmey-Cañete et la fosse d'accumulation péruvienne de l'ouest, ont été perçues par des auteurs précédents comme les portions ouest et est d'un même bassin de marge. La fosse de Huarmey-Cañete, qui repose sur le socle mésoprotérozoïque du bloc d'Arequipa, a été comblée par des couches de roches volcaniques tholéitiques - calco-alcalines de l'Albien au Thithonien atteignant 9 km d'épaisseur. Vers l'est, l'ensemble a fini par former des hauts fonds. Vers 105 à 101 Ma, les roches ont été plissées fortement puis recoupées par une suite d'intrusions vers 103 ± 2 Ma, durant et juste après la déformation, et plus tard dans l'intervalle 94 - 82 Ma, probablement par des plutons de subduction du batholite côtier. Quant à la fosse d'accumulation péruvienne de l'ouest, elle repose sur un socle métamorphique paléozoïque, et elle est constituée d'une plateforme silicoclastique - carbonate à pente ouest et d'un bassin contigu comblé par des grès, des schistes, des marnes et des calcaires finement laminés atteignant 5 km d'épaisseur et qui se sont déposés en continu durant tout le Crétacé. Les roches de la fosse d'accumulation péruvienne de l'ouest ont été décollées de leur socle, plissées et charriées vers l'est durant la fin du Crétacé et le début du Tertiaire. Parce que les facies et les profondeurs de sédimentation de ces deux fosses d'accumulation dont incompatibles, et que leur développement et leur socle sont différents, ces deux fosses ne peuvent pas s'être développées côte à côte.
À cause de l'épaisseur accumulée, de sa composition et du style de son magmatisme, nous pensons que la fosse d'accumulation de Huarmey-Cañete représente un arc magmatique qui s'est éteinte vers 105 Ma, lorsque l'arc est entré en collision avec un terrane inconnu. Nous pensons que le magmatisme subséquent aux premières intrusions mafiques syntectoniques et aux réseaux de dykes de 103 ± 2 Ma sont à mettre au compte d'une rupture de plaque. Le bloc Huarmey-Cañete-batholitique côtier et son socle mésoprotérozoïque sont demeurés au large jusqu'à 77 ± 5 Ma, moment où il est entré en collision et a été poussé par-dessus la marge ouest sud-américaine partiellement subduite, pour ainsi former la zone de chevauchement de vergence est de Marañon. Nous croyons que la séquence majeure de plutonisme et d'intrusion de dykes qui a succédé à la collision finale à 73-62 Ma doit être reliée à une rupture de la plaque lithosphérique sud-américaine à pendage ouest. Le magmatisme de 53 Ma et plus récent qui a succédé à la collision finale, a été généré par la subduction vers l'est de la lithosphère océanique du Pacifique sous l'Amérique du Sud.
Des relations temporelles et spatiales similaires qui existent tout le long des deux Amériques représentent la collision terminale d'un ruban continental d'arcs avec les Amériques durant la phase tectonique laramienne de la fin du Crétacé-début du Tertiaire. Elle a donc séparé la subduction vers l'ouest de longue date de la période de subduction vers l'est plus jeune caractérisant la situation actuelle. Nous considérons que le ruban continental de la Cordillère s'est constitué durant le Mésozoïque au-dessus d'une zone majeure de convection descendante entre Tuzo et Jason, le long de la limite entre les plaques océaniques Panthalassique et Pacifique.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Les modèles tectoniques offrent des cadres régionaux de connaissances géoscientifiques permettant de comprendre la répartition des unités lithostratigraphiques, les gîtes minéraux qui leur sont associés et la durée de la mise en place de systèmes propices à la minéralisation. Plusieurs modèles tectoniques sont fondés sur une localité type où le processus tectonique est le mieux compris. Cet article présente une réévaluation de l¿un des batholites types de la Cordillère, le Batholite des Peninsular Ranges dans le sud de la Californie, en ce qui a trait à son cadre tectonique. Les auteurs proposent un nouveau modèle de la formation de ces roches et en font une extrapolation pour d¿autres parties de l¿ouest de l¿Amérique du Nord où ce modèle offre un nouveau contexte permettant de comprendre le potentiel de minéralisation des systèmes associés à des intrusions. Les résultats de cette recherche permettront de comprendre les systèmes associés à des intrusions de différents âges au Canada.
GEOSCAN ID295316