GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitrePreparing to monitor and distinguish natural and induced seismicity near Norman Wells, Northwest Territories
AuteurCairns, S; Kao, H; Farahbod, A M; Snyder, D
SourceCanadian Society of Exploration Geophysicists, Recorder vol. 39, no. 9, 2014 p. 32-37
LiensOnline - En ligne
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20140204
ÉditeurCanadian Society of Exploration Geophysicists
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC96C/12; 96C/13; 96D/09; 96D/10; 96D/11; 96D/14; 96D/15; 96D/16; 96E/01; 96E/02; 96E/03; 96E/06; 96E/07; 96E/08; 96F/04; 96F/05
Lat/Long OENS-127.5000 -125.5000 65.5000 64.5000
Sujetsdonnées sismiques; sismicité; interpretations sismiques; levés sismiques; risque sismique; risque de tremblement de terre; fracturation hydraulique; formation de fissures; géophysique
Illustrationslocation maps; tables; photographs; seismic graphs; seismic profiles
ProgrammeGas de schiste - sismicité, Géosciences de l'environnement
Résumé(non publié)
En 2012, trois collectivités du Sahtu dans les Territoires du Nord-Ouest, au Canada, ont exprimé leur inquiétude quant à l'impact environnemental que la technique d'hydrofracturation aurait sur la région près de Norman Wells; plus précisément, ces collectivités voulaient savoir si la fracturation hydraulique pouvait causer des tremblements de terre. En septembre 2013, quatre nouvelles stations sismiques ont été installées sur le substratum rocheux exposé des contreforts bas, situés de 24 à 52 km de l'aéroport de Norman Wells et de 24 à 53 km de puits d'exploration encore en activité récemment. La répartition des stations détermine de bons angles de triangulation pour localiser les épicentres des séismes de faible magnitude (inférieure à 2) à l'intérieur du réseau. Au cours des deux premiers mois, on a ainsi localisé l'épicentre de 101 tremblements de terre dont la magnitude variait de 1,7 à 4,6. En comparaison, pendant la même période, le Réseau sismographique national a localisé l'épicentre de 13 de ces tremblements de terre à l'intérieur de la même région, dans un rayon de 400 km de Norman Wells. Des analyses approfondies des données recueillies à ces stations porteront sur la période d'essais de fracturation hydraulique et sur la période de rétablissement.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Trois collectivités du Sahtu dans les Territoires du Nord-Ouest, au Canada, ont exprimé, en 2012, leur inquiétude quant à l¿impact environnemental que la technique proposée d¿hydrofracturation aurait sur la région de la vallée du Mackenzie; plus précisément, ces collectivités voulaient savoir si la fracturation hydraulique pouvait causer des tremblements de terre. En septembre 2013, quatre nouvelles stations sismiques ont été installées dans les contreforts bas, situés à moins de 50 km de l¿aéroport de Norman Wells et de puits d¿exploration pétrolière encore en activité récemment. Au cours des deux premiers mois, on a localisé l¿épicentre de 101 tremblements de terre dont la magnitude variait de 1,7 à 4,6, alors que pendant la même période, le Réseau sismographique national a localisé l¿épicentre de 13 de ces tremblements de terre à l¿intérieur de la même région. Ceci établit l¿activité sismique de fond normale dans la région de la vallée du Mackenzie. Des analyses approfondies des données recueillies à ces stations porteront sur la période d¿essais de fracturation hydraulique et sur la période de rétablissement.
GEOSCAN ID295168