GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThe palynostratigraphy, age, and environment of strata penetrated by the Mallik 5L-38 gas-hydrate research well, Northwest Territories, determined by differentiating the recycled and contemporaneous palynomorphs
TéléchargerTéléchargements
AuteurWhite, J M
SourceCommission géologique du Canada, Bulletin 604, 2014, 85 pages (3 feuilles), https://doi.org/10.4095/295079
Année2014
ÉditeurRessources naturelles Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/295079
Mediaen ligne; numérique
Référence reliéeCette publication remplace White, J M; (2012). The palynostratigraphy, age and environment of strata penetrated by the Mallik 5L-38 gas hydrate research well determined by differentiating the recycled and contemporaneous palynomorphs, Commission géologique du Canada, Dossier public 6882
Référence reliéeCette publication est remplacée par White, J M; (2015). The palynostratigraphy, age, and environment of strata penetrated by the Mallik 5L-38 gas-hydrate research well, Northwest Territories, determined by differentiating the recycled and contemporaneous palynomorphs, Commission géologique du Canada, Bulletin no. 604, éd. rev.
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC107C/06NW
Lat/Long OENS-134.7500 -134.5000 69.5000 69.4167
Sujetsanalyses palynologiques; palynologie; palynomorphes; palynostratigraphie; paléoclimats; hydrocarbures; gaz; gaz d'hydrocarbure; hydrate; méthane; méthane hydraté; ressources pétrolières; combustibles fossiles; paléontologie; Tertiaire; Cénozoïque; Quaternaire
Illustrationslocation maps; profiles; plots
ProgrammeGestion de programme du corridor de Mackenzie, GEM2 : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
LiensErratum
Diffusé2014 12 17
RésuméLa palynostratigraphie quantitative du puits Mallik 5L-38 indique qu'il y aurait eu un remaniement des palynomorphes et que les charbons à la base du puits dateraient de l'Éocène tardif. Des échantillons prélevés à des profondeurs de 450 à 900 m ont donné dans le tamis à maille de 180 ?m une fraction renfermant une concentration élevée de palynomorphes remaniés, qui peuvent être libérés par oxydation classique. La fraction qui a passé par les mailles du tamis n'était pas oxydée et révélait davantage de palynomorphes en place. Cette observation peut avoir une incidence sur l'interprétation d'autres études régionales du Cénozoïque supérieur effectuées à partir d'échantillons oxydés. Selon notre interprétation, l'intervalle de 0 à 270 m daterait du Pliocène tardif au Pléistocène. La discordance d'érosion régionale marquant la base de la Séquence d'Iperk est observée à 340 m, alors que d'autres discordances pourraient également se trouver à 445 m et à 550 m. Nous pensons que l'âge de l'intervalle de 340 à 700 m remonterait au Miocène précoce. L'âge de l'intervalle de 700 à 900 m est provisoirement attribué à l'Oligocène. Les rapports servant d'indicateurs indirects du climat sont incompatibles avec ceux de l'intervalle de 670 à 900 m du puits Mallik 2L-38, peut-être en raison de la faible quantité de palynomorphes ou du passage d'une suite fossilifère cohérente à l'Éocène tardif à une parasitée à l'Oligocène et aux temps plus récents. La discordance d'érosion située près de 930 m peut être le résultat d'une baisse du niveau de la mer causée par la glaciation de l'Oligocène initial dans l'Antarctique. Les carottes prélevées dans des lits de charbon situés entre 933,65 et 1081,90 m ont livré des palynomorphes de l'Éocène tardif, probablement non remaniés, ainsi que de pollen associé à des âges éocènes plus anciens. Les marais houillers semblent constituer un environnement où des espèces reliques peuvent persister. Tout semble indiquer un paléoclimat chaud, ce qui serait conforme aux conditions prévalant à l'Éocène.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Dans le bassin de Beaufort-Mackenzie qui renferme des hydrocarbures, l'étude du pollen et des spores provenant du puits Mallik 5L-38 permet de clarifier la resédimentation de la matière organique et les âges des strates. Des échantillons prélevés entre 450 et 900 m indiquaient deux fractions. La fraction retenue par un tamis de 180 micromètres présentait des palynomorphes plus remaniés, lorsqu'ils étaient oxydés, que la fraction que laissait passer le tamis. Cette observation influe sur l'interprétation d'autres études palynologiques régionales du Cénozoïque supérieur. Des intervalles présentant une absence de sédimentation ou une érosion ont été observés à 340, 445 et 550 m. L'intervalle de 0 à 270 m date de moins de 3 millions d'années (Ma). L'âge de l'intervalle de 340 à 700 m est d'environ 20 Ma tandis que celui de l'intervalle de 700 à 900 m est d'environ 28 Ma. Une importante érosion à près de 930 m pourrait être le résultat d'une baisse du niveau de la mer, induite par la glaciation de l'Antarctique. Les charbons entre 933,65 et 1081,90 m remontent à l'Éocène tardif, datant d'environ 34 Ma. Les zones humides semblent avoir offert un environnement où les espèces reliques ont pu persister. Tout indique un paléoclimat chaud, ce qui serait cohérent avec un âge établi à l'Éocène.
GEOSCAN ID295079