GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreHistory of Mackenzie Arch and its influence on Cambrian sedimentation in the eastern Mackenzie Mountains and adjacent Mackenzie Plain, Northwest Territories
AuteurMacNaughton, R B; Pratt, B R; Fallas, K M; Turner, E C
SourceL'Association géologique du Canada-L'Association minéralogique du Canada, Réunion annuelle conjointe, Recueil des résumés vol. 37, 2014 p. 171
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20140062
ÉditeurAssociation géologique du Canada
RéunionGAC-MAC 2014; Joint annual meeting of Geological Association of Canada and Mineralogical Association of Canada; Fredericton, NB; CA; mai 21-23, 2014
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
Sujetsantecedents de sedimentation; roches sédimentaires; silts; carbonates; Arche de Mackenzie ; Supergroupe de Mackenzie Mountains ; sédimentologie; Paléozoïque; Cambrien
ProgrammeCorridor et delta du Mackenzie, GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
LiensOnline - En ligne
Résumé(non publié)
L'arche de Mackenzie est une entité tectonique positive de forme allongée dans une direction nord-ouest, dans l'est des monts Mackenzie. Des études menées dans le cadre du programme de géocartographie de l'énergie et des minéraux (GEM) de la CGC ont permis de reconstituer l'évolution de l'arche et son influence sur la sédimentation à un niveau de détail supérieur à ce qui avait été possible jusque là. Le coeur de l'arche de Mackenzie est constitué de strates du Supergroupe de Mackenzie Mountains du Néoprotérozoïque précoce. L'arche pourrait s'être formée au Cryogénien tardif-Édiacarien et son flanc sud-ouest actuel marque en pratique la limite orientale du Supergroupe de Windermere. Dès le Cambrien, le soulèvement de l'arche avait entraînné par endroits l'élimination par érosion de plus d'un kilomètre de la partie supérieure du Supergroupe de Mackenzie Mountains. Les zones de faciès étaient bien formées à l'ouest de l'arche au Terreneuvien (Cambrien initial). À l'est de l'arche, l'âge des dépôts cambriens les plus anciens est mal encadré. Les faunes de trilobites les plus anciennes à l'est de l'arche, qui proviennent du shale de la partie basale de la Formation de Mount Cap, appartiennent à l'Étage 2 du Cambrien (Biozone à Bonina ' Olenellus classique). Cependant, la Formation de Mount Clark sous-jacente est dominée par un grès quartzeux intensément criblé de terriers qui rend compte d'une sédimentation plus ancienne du Cambrien de durée incertaine. Sur le flanc est de l'arche de Mackenzie, La Formation de Mount Clark a constitué une zone de faciès littorale à dominante sableuse qui passait vers l'est au faciès plus argileux de la partie inférieure de la Formation de Mount Cap. Ces zones de faciès se sont maintenues jusqu'au début de l'Étage 5 du Cambrien (début du Cambrien moyen classique), lorsque qu'une transgression a mené au dépôt des sédiments à dominante argileuse de la partie supérieure de la Formation de Mount sur une vaste région, dépôt qui s'est poursuivi jusqu'à un stade avancé de l'Étage 5. Le soulèvement de l'arche de Mackenzie, dont témoigne le pincement par érosion vers l'ouest de la Formation de Mount Cap, a été suivi par le dépôt de couches rouges sur la crête de l'arche. La distribution des couches rouges permet de circonscrire des zones de dépôt maximal et des hauteurs le long de la crête de l'arche. À l'est, le dépôt de l'unité corrélative de la Formation Saline River à niveaux d'évaporites témoigne de l'impact de l'arche soulevée sur la circulation dans le bassin au cours d'un intervalle de temps mal encadré qui pourrait avoir englobé une partie du Drumien et du Guzhangien (fin du Cambrien moyen classique). Dès la fin du Guzhangien (toute fin du Cambrien moyen classique), une plate-forme carbonatée de milieu marin à circulation restreinte s'est formée dans la région d'étude, ce qui a mené au dépôt de la Formation de Franklin Mountain. Les roches carbonatées de la partie basale de cette unité renferment du sable et du silt quartzeux dans des proportions qui rendent compte de la proximité de l'arche de Mackenzie, mais l'influence de celle-ci était mineure dès la fin du Cambrien.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Entre 541 et 485 millions d'années avant notre ère, s'élevait une large, longue et haute région, l'Arche du Mackenzie, dans l'actuelle partie est des monts Mackenzie aux Territoires du Nord-Ouest. Elle séparait un bassin marin fermé présentement à l'est (l'actuelle région d'exploration pétrolière et gazière de la plaine du Mackenzie), d'un bassin océanique ouvert maintenant à l'ouest (le Bassin Selwyn). Dans cette communication donnée à un congrès, nous décrirons comment l'Arche de Mackenzie domina le dépôt, l'érosion et la préservation des roches sédimentaires, pendant son existence.
GEOSCAN ID293972