GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreEvaluation of RADARSAT-2 DInSAR seasonal surface displacement in discontinuous permafrost terrain, Yellowknife, Northwest Territories, Canada
AuteurWolfe, S A; Short, N H; Morse, P D; Schwarz, S H; Stevens, C W
SourceCanadian Journal of Remote Sensing vol. 40, no. 6, 2014 p. 406-422, https://doi.org/10.1080/07038992.2014.1012836
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130466
ÉditeurTaylor & Francis
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1080/07038992.2014.1012836
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatshtml; pdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC85J/08
Lat/Long OENS-114.5000 -114.3333 62.4833 62.4333
Sujetsméthodes analytiques; pergélisol; déplacement; imagerie radar; méthodes radar; stabilité du sédiment; dépôts glaciolacustres; dépôts fluvioglaciaires; affaissement; géophysique; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; Quaternaire
Illustrationssketch maps; photographs
ProgrammeInfrastructures terrestres, Géosciences de changements climatiques
RésuméL'interférométrie différentielle par radar à synthèse d'ouverture (DInSAR) est une méthode de plus en plus viable pour évaluer la stabilité des terrains en zone de pergélisol, mais la précision et la performance dans les zones de pergélisol discontinune sont pas bien étudiées. Nous avons utilisé une pile de données DInSAR de RADARSAT-2 d'une période de 120 jours au cours de l'été 2010 pour cartographier le déplacement saisonnier de la surface du sol dans la zone de pergélisol discontinu de Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest. Le déplacement calculé a été comparé à la géologie de surface et les zones municipales d'utilisation des terres. Les résultats de déplacements révèlent qu'en ordre de stabilité, du plus stable au moins stable, on trouve les zones fluvio-glaciaires, glacio-lacustres, humainement modifiées et organiques, tandis que le substrat rocheux est essentiellement stable. Dans les zones municipales, le déplacement proportionnel accru est lié à des proportions plus élevées de sédiments glacio-lacustres et du terrain organique. Le terrain organique, associé à la plus forte proportion du déplacement modéré vers le bas (-3.0 à -6.0 cm), occupe moins de 6% de la superficie totale. Les sédiments glacio-lacustres répandus (30% de la superficie totale) sont associés à la plupart des déplacements vers le bas dans les zones municipales. Les validations semi-quantitatives de terrain et géotechniques indiquent que la plupart des zones de déplacement saisonnier modéré vers le bas dans les régions développées représentent également des zones d'affaissement à long terme. Ce travail montre que même une pile de données InSAR de courte durée et une méthode de traitement de pile simple peuvent donner des informations utiles pour la connaissance et la planification municipale.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Nous avons utilisé RADARSAT-2 DInSAR à la carte de saison sol surface déplacement dans le pergélisol discontinu à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest. Les résultats montrent l'instabilité des différents types de terrain, avec des sédiments glacio-lacustres et les terrains organiques étant des unités les plus instables. La zone municipale la plus stable est la densité résidentielle mixte, en raison de présence relativement plus élevé de socle stable. Domaines de plus en plus de déplacements au sein de zones municipales est liée à des proportions plus élevées de sédiments glacio-lacustres et terrain organique. La plupart des zones de déplacement vers le bas saisonnière modérée représentent également des zones de subsidence du sol à long terme.
GEOSCAN ID293672