GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreSequence and tectonostratigraphy of the Neoproterozoic (Tonian-Cryogenian) Amundsen Basin prior to supercontinent (Rodinia) breakup
AuteurThomson, D; Rainbird, R H; Krapez, B
SourcePrecambrian Research vol. 263, 2015 p. 246-259, https://doi.org/10.1016/j.precamres.2015.03.001
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130363
ÉditeurGeological Society of America
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.precamres.2015.03.001
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC77B; 77C; 77D; 87A; 87C; 87D
Lat/Long OENS-116.0000 -107.0000 70.0000 68.5000
Sujetszones tectonostratigraphiques; interprétations tectoniques; cadre tectonique; milieux tectoniques; évolution tectonique; lithostratigraphie; affaissement; evolution de la croûte; mouvements de la croûte; roches sédimentaires; roches carbonatées; Formation de Jago Bay ; Formation de Minto Inlet ; Formation de Wynniatt ; Supergroupe de Shaler ; tectonique; stratigraphie; Précambrien; Protérozoïque
Illustrationslocation maps; stratigraphic sections; photographs
ProgrammeMétaux communs - Île Victoria (T.N-O. et Nunavut), GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Les bassins intracontinentaux sont dépourvus de compartiments et de failles d'extension, cependant on les trouve souvent au sein de marges continentales de divergence avec lesquelles ils partagent une formation contemporaine. Les successions néoprotérozoïques du nord-ouest de la Laurentie fournissent un exemple où des bassins de rift et des bassins intracontinentaux partagent des relations spatiales et temporelles semblables.
Les strates du Tonien-Cryogénien des formations de Jago Bay, de Minto Inlet et de Wynniatt, qui appartiennent à la partie supérieure du Supergroupe de Shaler, se sont déposées dans le bassin intracontinental d'Amundsen. La présente étude offre la première description de stratigraphie séquentielle des strates antérieures au rifting du bassin d'Amundsen, dans lesquelles on reconnaît maintenant cinq séquences de troisième ordre définies par des surfaces maximales de régression, des discordances d'exposition subaérienne et des surfaces de ravinement de rivage. On interprète les séquences comme des cycles de transgression-régression de troisième ordre, mais leur genèse demeure sujette à interprétation. La succession antérieure à la rupture dans le bassin d'Amundsen présente une organisation séquentielle qui diffère de celle des bassins de rift limités par des failles adjacents. Il existe peu de preuves de progradation, ce qui se traduit par une stratigraphie en vastes étages de gâteaux où prédominent des faciès d'eau peu profonde, déposés sur une rampe faiblement inclinée. L'attribution d'un mécanisme de subsidence s'avère difficile, cependant l'identification de séquences et de configurations de subsidence antérieures à la rupture de la Rodinie a des répercussions quant à la compréhension de l'organisation des séquences.
La corrélation des séquences de troisième ordre entre les bassins d'Amundsen et de Fifteenmile est entravée par les différents régimes et taux de subsidence. Cependant, nous proposons une équivalence entre la partie supérieure du Supergroupe de Shaler et le Groupe de Little Dal du Supergroupe de Mackenzie Mountains, d'une part, et l'ensemble du Groupe de Fifteenmile, d'autre part. L'analyse des strates antérieures au rifting dans le bassin d'Amundsen appuie une rupture de la Rodinie en plusieurs phases non corrélables le long de la marge nord-ouest de la Laurentie.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Dans ce manuscrit, nous présentons un nouveau cadre de séquence stratigraphique pour les roches sédimentaires du néoprotérozoïque précoce dans les parties supérieures du supergroupe de Shaler qui furent déposées dans bassin intracontinental Amundsen au nord-ouest du Canada, avant la dislocation du supercontinent de Rodinia. Notre discussion de la hiérarchie des séquences et des patrons sédimentaires, ainsi que la subsidence du bassin est pertinente pour la compréhension de l¿architecture stratigraphique de bassins analogues. Nous présentons les corrélations stratigraphiques et tectoniques de la séquence révisée avec les roches sédimentaires et les structures dans la Cordillère septentrionale. Cette étude soutient l¿hypothèse de la dislocation non corrélative en plusieurs phases de la Rodinia, le long de la marge nord-ouest de la Laurentia, le noyau cratonique de l¿Amérique du Nord. Ce travail et cet article sont opportuns, étant donné les publications récentes sur la sédimentologie, la stratigraphie séquentielle, la stratigraphie des isotopes stables, et la géochronologie du bassin Amundsen et des bassins adjacents, et elle ajoute une perspective sur l¿évolution de la Rodinia depuis un point d¿observation plus intérieur (en Laurentia).
GEOSCAN ID293403