GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreRADARSAT-2 beam mode selection for surface water and flooded vegetation mapping
AuteurWhite, L; Brisco, B; Pregitzer, M; Tedford, B; Boychuk, L
SourceCanadian Journal of Remote Sensing vol. 40, no. 2, 2014 p. 135-151, https://doi.org/10.1080/07038992.2014.943393
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130346
ÉditeurTaylor and Francis Group
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1080/07038992.2014.943393
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceSaskatchewan
SNRC62M/01
Lat/Long OENS-102.0000 -101.7500 51.0833 51.0000
Lat/Long OENS -95.5000 -95.5000 47.0833 46.9167
Sujetstélédétection; imagerie par satellite; méthodes analytiques; eaux de surface; végétation; analyses statistiques; géophysique; Nature et environnement
ProgrammeScience de la télédétection spatiale, Procédures d'extraction d'informations pour la surveillance de la masse continentale
Diffusé2014 08 22
RésuméLe radar à synthèse d'ouverture (SAR) est bien connu pour sa capacité à cartographier les eaux de surface. De nombreux satellites SAR fournissent des données pour ce type d'application, dont le satellite canadien RADARSAT-2. Toutefois, certains utilisateurs peuvent avoir de la difficulté à choisir parmi les divers modes de faisceau de RADARSAT-2 celui qui convient le mieux. Le présent article de synthèse technique aborde certains aspects dont il faut tenir compte dans le choix du mode de faisceau et de polarisation pour la cartographie des eaux de surface au moyen de RADARSAT-2 et de la mission de la Constellation RADARSAT (MCR) à venir. Ceci inclut l'incidence de la résolution, les effets du vent, et le mode qui se prête le mieux à la détection des zones de végétation inondée. Les résultats montrent que les modes à haute résolution, tel que le mode à polarisation simple Spotlight, sont les meilleurs pour délimiter avec précision les eaux de surface et les parcelles de terrain inondé. L'ajout de la polarisation croisée disponible dans les autres modes de faisceau peut donner des renseignements utiles en condition venteuse, ayant un impact sur la rugosité de surface, parce qu'elle a peu d'effet sur la rétrodiffusion RADAR comparativement à la polarisation simple HH. Pour délimiter adéquatement les zones de végétation inondée, le mode polarimétrique ou la polarimétrie compacte assurent un maintien optimal de la phase, ce qui permet à l'utilisateur d'appliquer des modèles de décomposition polarimétrique pour aider à discriminer la rétrodiffusion du RADAR.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
L'eau est essentielle à toutes les formes de vie. Cependant, la quantité et la qualité de l'eau sont menacées à l'échelle mondiale en raison de plusieurs facteurs, dont la pollution, le changement climatique, le développement industriel et la croissance de la population. Les images provenant du satellite canadien RADARSAT-2 sont considérées comme une source importante de données afin de cartographier et surveiller les eaux de surface. La présente note technique vise à expliquer comment la résolution, le mode faisceau et l'action du vent influent sur la capacité du RADARSAT-2 à cartographier les superficies d'eau libre et de végétation inondée. Nous avons ainsi constaté que ce sont les modes faisceau à haute résolution (donnant un niveau de détail élevé) tels que Spotlight qui permettent le mieux de délimiter les petites superficies d'eaux. Pour une délimitation exacte des superficies de végétation inondée, l'idéal est d'utiliser un mode faisceau permettant au satellite d'émettre et de recevoir les signaux à la fois selon un plan vertical et selon un plan horizontal.
GEOSCAN ID293382