GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreDistribution of seabed ice scour caused by grounded icebergs on the Canadian Baffin continental margin
AuteurBennett, R; Campbell, C; Hughes-Clarke, J; Hynes, S; Fitzgerald, C
SourceArcticNet (ASM2012), programme; 2012 p. 33
LiensOnline - En ligne (Programme, PDF 3 MB)
Année2012
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130333
ÉditeurArcticNet
Réunion2012 ArcticNet Annual Science Meeting; Vancouver; CA; décembre 11-14, 2012
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière
SNRC27A; 27D; 27E; 27G; 27H; 28; 38A; 38D; 38E; 38F; 38G; 38H
Lat/Long OENS -80.0000 -55.0000 78.0000 68.0000
SujetsPléistocène; échosondage; érosions par la glace; affouillement; marques d'affouillement; changements du niveau de la mer; géologie marine; géophysique; Quaternaire
ProgrammeNational-Scale Geohazard Assessments, Géoscience pour la sécurité publique
Résumé(non publié)
Nous avons utilisé les données obtenues avec un échosondeur multifaisceaux pour cartographier la distribution de l'érosion par la glace du côté canadien de la plateforme de Baffin. Les données ont été collectées à bord du NGCC Amundsen, par le groupe de cartographie de l'océan de l'Université du Nouveau-Brunswick, pendant les expéditions ArcticNet et CASES, de 2003 à 2011. Sur l'ensemble de données multifaisceaux distribuées sur un quadrillage d'une résolution horizontale de 25 m, on a observé les affouillements dus à la glace à des profondeurs allant jusqu'à 850 m. Le plus souvent, les affouillements présentent des incisions d'environ 1 à 4 m de profondeur dans le fond marin. Parfois, ces incisions peuvent être supérieures à 4 m, la profondeur maximale observée jusqu'ici étant de 19 m. La largeur des affouillements atteint en moyenne environ 65 m à 500 m. La longueur totale des affouillements est difficile à mesurer, car leurs points de départ et de fin ne sont souvent pas enregistrés en raison de la couverture partielle de l'échosondage multifaisceaux. Les affouillements dont de grandes sections sont représentées dans l'ensemble de données multifaisceaux mesurent plusieurs dizaines de kilomètres de longueur.

De nos jours, les gros icebergs dans la baie de Baffin ont souvent des tirants d'eau allant de 100 à 200 m. À l'occasion, le tirant d'eau peut être beaucoup plus grand. La crête de glace la plus profonde qui ait été observée dans le nord de la baie de Baffin a détruit du matériel de surveillance acoustique sur le fond marin à 427 m de profondeur pendant la saison des glaces de 1967-1968. Même les icebergs les plus gros qu'on observe actuellement ne peuvent expliquer les affouillements de la plateforme de Baffin qu'on a observés à des profondeurs dépassant largement les 430 m environ. Des reliques d'affouillements d'icebergs se trouvent dans des zones maintenant dépourvues d'icebergs ou à des endroits où les icebergs n'atteignent plus le fond en raison d'une augmentation de la profondeur de l'eau ou d'une diminution de la taille des icebergs. Les affouillements d'iceberg ont été recensés grâce à l'ensemble de données d'échosondage multifaisceaux du groupe de cartographie de l'océan de l'Université du Nouveau-Brunswick à des profondeurs atteignant 850 m dans la baie de Baffin, et d'autres études ont révélé des entités qu'on pourrait interpréter comme étant des affouillements dus à la glace à plus de 1000 m de profondeur du côté groenlandais de la baie de Baffin. Bien qu'on ne sache pas à quand remonte la formation de ces affouillements, leur présence à des profondeurs qui dépassent celle des affouillements que les icebergs modernes peuvent occasionner et leur superposition sur des sédiments glaciaires semblent vouloir indiquer qu'ils auraient été formés pendant la déglaciation des plateformes de glace et des nappes glaciaires du Pléistocène supérieur. Même en supposant une baisse du niveau de la mer d'environ 120 m à l'époque, ces icebergs du Pléistocène supérieur formés par vêlage à partir de nappes et de plateformes de glace dans la région doivent avoir été beaucoup plus gros que ceux que nous observons de nos jours.

Les observations tirées des données disponibles actuellement indiquent que les icebergs modernes créent des affouillements dans l'eau de la baie de Baffin à 430 m de profondeur. Les affouillements dans l'eau dont la profondeur dépasse les 430 m sont probablement des entités reliques, dont certaines ont été formées il y a de cela plus de 9 000 ans.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Nous avons utilisé les données obtenues avec un échosondeur multifaisceaux pour cartographier la distribution des affouillements dus à la glace dans la baie de Baffin. Les affouillements dus à la glace observés dans la baie de Baffin peuvent soit être des entités reliques (qui se sont formées au cours de la dernière glaciation, époque où le niveau de la mer était moins élevé et les icebergs étaient plus gros) ou des entités formées récemment. Grâce à des observations tirées des données disponibles actuellement, les icebergs modernes créent des affouillements dans l'eau de la baie de Baffin à 430 m de profondeur. Les affouillements dans l'eau dont la profondeur dépasse les 430 m sont probablement des entités reliques, dont certaines ont été formées il y a de cela plus de 9 000 ans.
GEOSCAN ID293339