GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreTwo moderate earthquakes near Montreal: 10 October and 6 November 2012
AuteurBent, A L; Peci, V; Halchuk, S; Hayek, S
SourceSeismological Research Letters vol. 85, no. 4, 2014 p. 940-947, https://doi.org/10.1785/0220140008
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130307
ÉditeurSeismological Society of America
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1785/0220140008
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceQuébec; Ontario
SNRC31B; 31G; 31H; 31I; 31J
Lat/Long OENS-76.0000 -72.0000 47.0000 44.0000
Sujetssismicité; secousses séismiques; magnitudes des séismes; foyers des séismes; répliques sismiques; géophysique
Illustrationslocation maps; plots; profiles; stereonets
ProgrammeService d'information sur les dangers naturels au Canada, Service d'information sur les dangers naturels au Canada
Résumé(non publié)
Le 10 octobre 2012, un tremblement de terre modéré d'une magnitude de Nuttli (mN) de 4,5 s'est produit dans la région de Montréal. Bien qu'il n'a causé aucun dommage, il a été ressenti dans toute la région et jusqu'à des distances de quelques centaines de kilomètres. Le séisme a été très bien enregistré, de sorte qu'on a pu déterminer les paramètres de sa source, tels que son mécanisme au foyer et sa profondeur. Aussi bien l'inversion du tenseur des moments sismiques à l'échelle régionale que les méthodes du premier mouvement du sol indiquent que le séisme a principalement été causé par un mouvement de chevauchement le long d'une surface de faille de direction nord-ouest, ce qui est caractéristique de la zone sismique de l'ouest du Québec où s'est produit le séisme. Une profondeur de 13-15 km est indiquée par l'inversion du tenseur des moments sismiques à l'échelle régionale ainsi que par la méthode des phases de profondeur à l'échelle régionale. La magnitude de moment (MW) de 3,7 est légèrement plus faible que celle attendue sur la base de la relation moyenne mN-MW, mais bien à l'intérieur de l'intervalle des valeurs observées pour des séismes antérieurs. Plus de 10 000 rapports d'effets ressentis ont été reçus par Internet sur la page Web «L'avez-vous ressenti?». Quelques semaines plus tard, le 6 novembre 2012, un autre séisme modéré (mN de 4,2, MW de 3,9) s'est produit dans la zone sismique de l'ouest du Québec, mais à un endroit différent, près de la limite provinciale Ontario-Québec. Cet événement a aussi mis en cause principalement un mouvement de chevauchement sur une faille nord-ouest. Les profondeurs révélées par l'inversion du tenseur des moments sismiques et la méthode des phases de profondeur à l'échelle régionale étaient toutes deux de l'ordre de 6-8 km. Plus de 2 500 rapports d'effets ressentis ont été reçus en ligne. Ces tremblements de terre ont fourni l'occasion de mettre à l'épreuve avec succès les changements récents apportés en vue de gérer les forts volumes de trafic Internet qui surviennent à la suite d'un tremblement de terre d'importance ressenti dans une grande région urbaine.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Un séisme moyen, mN 4,5, s'est produit le 10 octobre 2012 dans la région de Montréal. Bien que le séisme n'ait pas causé des dégâts il a été ressenti partout dans la région et aux distances aussi loins que des centaines de km. On a très bien enregistré ce séisme ce qui nous a permis de déterminer ses paramètres de source comme mécanisme du foyer et profondeur utilisant plusieurs méthodes. Les résultats de chaque méthode ont été d'accord avec ceux des autres. Il paraît que ce séisme soit typique de la région. On a reçu plus que 10 000 rapports soumis par la page internet « L'avez-vous ressenti? ». Quelques semaines plus tard, le 6 novembre 2012, il y a eu un autre séisme moyen (mN 4,2) dans la Zone sismique ouest Québec mais avec un épicentre différent proche de la frontière Ontario-Québec. Ce séisme a aussi été typique de la région. On a reçu plus que 2500 rapports. Ces séismes nous ont permis de vérifier les nouvelles améliorations qu'on a fait afin de mieux traiter la volume énorme de « traffic » internet qui est commun après un séisme important ressenti dans un centre urbain.
GEOSCAN ID293285