GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThe changing architecture of sea-level lowstand deposits across the Mid-Pleistocene Transition: South Evoikos Gulf, Greece
AuteurAnastasakis, G; Piper, D J W
SourceQuaternary Science Reviews vol. 73, 2013 p. 103-114, https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2013.04.018
Année2013
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130240
ÉditeurElsevier BV
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.quascirev.2013.04.018
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf; html
Lat/Long OENS 24.0000 24.5000 38.0000 37.5000
Sujetsplate-forme continentale; études côtières; changements du niveau de la mer; variations du niveau de la mer; Pléistocène; sedimentation; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; géologie marine; Cénozoïque; Quaternaire
Illustrationslocation maps; seismic profiles; logs
ProgrammeBureau du directeur, Division de la CGC atlantique
Résumé(non publié)
Sur les plates-formes continentales en subsidence, le style des ensembles de progradation superposés de milieux côtier et deltaïque est fonction des changements relatifs du niveau de la mer. Au cours du dernier 0,6 Ma environ, la variation du niveau de la mer a été régie principalement par des cycles eustatiques asymétriques de variation du niveau de la mer de 100 ka, alors que le registre des variations du niveau de la mer dans les séquences de progradation du début du Pléistocène est moins clair. Dans un bassin en subsidence constante dans lequel l'espace disponible à l'accumulation de sédiments est en équilibre avec l'apport de sédiments, la profondeur du bas niveau eustatique détermine la paléoprofondeur du point d'inflexion du clinoforme le plus bas et la limite côté mer de la surface transgressive d'érosion, où la durée de l'épisode de ce bas niveau marin détermine l'importance de la progradation qui peut se dérouler. Nous rendons compte ici de profils sismiques haute résolution d'une séquence de progradation côtière exceptionnellement bien conservée dans une baie de la mer d'Égée dont la vitesse de subsidence est d'environ 100 m/Ma. Les profils sismiques montrent que des clinoformes de plus faibles amplitude et volume se sont formés avant le dépôt des unités de progradation cycliques de 100 ka. Ceci est en opposition avec les rapports publiés qui révèlent une complexité des séquences de progradation pour cette période. Nous supposons que les profils superposés de la composition isotopique des foraminifères benthiques constituent un bon indice indirect pour la durée des cycles eustatiques de variation du niveau de la mer au Pléistocène et un indice indirect acceptable de leur amplitude. La hausse eustatique du niveau de la mer du stade isotopique marin (SIM) 6-5 a été identifiée d'après les taux de sédimentation révélés par des carottes. Les unités majeures de progradation sous-jacentes sont corrélées aux bas niveaux marins extrêmes de longue durée des cycles de 100 ka des SIM 6, 12 et 16. On a utilisé les variations dans la hauteur des points d'inflexion de bas niveau marin dans les clinoformes pour étendre les registres dans le passé jusqu'au SIM 38 en établissant des comparaisons avec les indices indirects fournis par les foraminifères benthiques. On a aussi identifié les dépôts de hauts niveaux marins les plus élevés et de plus longue durée des SIM 25, 31 et 37. Cette succession offre un modèle vérifiable pour les études futures de courtes coupes du début du Pléistocène en milieu continental et nous amène à soulever des questions quant au détail de certaines parties de profils de delta18O publiés. Elle fournit en outre un appui aux récents indices voulant que la transition du Pléistocène moyen s'est révélé un événement abrupt, accompagné d'un bas niveau marin extrême au SIM 22.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Cette étude présente une remarquable chronique des changements du niveau de la mer depuis 1,2 million d'années dans une baie grecque. Les images proviennent de travaux de réflexion sismique effectués par un collègue scientifique de l'Université d'Athènes. Il a sollicité mon avis sur l'interprétation à leur donner, compte tenu de mes publications antérieures sur des données similaires. Cette étude vient confirmer que le premier bas niveau extrême de la mer pendant les glaciations des deux derniers millions d'années a eu lieu il y a 900 000 ans. Elle permet de mieux comprendre les profils géologiques des secteurs marins extracôtiers du Canada et pourrait éventuellement donner lieu à une datation plus précise des événements glaciaires dans l'Arctique, lesquels sont survenus, selon les estimations, il y a environ un million d'années.
GEOSCAN ID293069