GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreShaking and impacts from the magnitude 7.7 earthquake near Haida Gwaii
AuteurBird, A; Halchuk, S; Rosenberger, A
SourceRisky Ground, newsletter of the Centre for natural hazards research, Simon Fraser University 2012 p. 5-7
Année2012
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130214
ÉditeurCentre for Natural Hazards Research at Simon Fraser University
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière de l'ouest; Colombie-Britannique
SNRC102O; 103B; 103C; 103F; 103G; 103J; 103K
Lat/Long OENS-134.5000 -130.0000 54.5000 51.0000
Sujetsétudes séismiques; secousses séismiques; magnitudes des séismes; risque de tremblement de terre; mécanismes de tremblement de terre; foyers des séismes; cadre tectonique; répliques sismiques; glissements de terrain; tsunami; géophysique
Illustrationslocation maps; graphs; photographs
ProgrammeGestionnaire de programme - Réduction des risques, Géoscience pour la sécurité publique
LiensOnline - En ligne
Résumé(disponible en anglais seulement)
October's magnitude 7.7 earthquake is the second largest recorded in Canadian history. It was felt throughout British Columbia and as far away as the Yukon, Alberta and Montana, roughly 1500 km away (Figure 1). Nevertheless, this earthquake resulted in limited damage partly due to the population centres being located at least 80 km from the epicentre and at least 60 km from the fault rupture. While little visible impact and few, minor injuries resulted, many people were significantly traumatized by the experience, and the numerous felt aftershocks.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Le tremblement de terre de magnitude 7,7, de l'octobre 2012, est le deuxième plus grand enregistré dans l'histoire canadienne. Il a été ressenti dans toute la Colombie-Britannique et aussi loin que le Yukon, l'Alberta et le Montana, à une distance d'environ 1500 km (figure 1). Néanmoins, ce tremblement de terre a abouti aux dégâts limités en partie due à des centres de population étant situées au moins à 80 km de l'épicentre, et au moins 60 km de la rupture de la faille. Bien que peu d'impact visible et quelques blessures mineures, a entraîné, de nombreuses personnes ont été significativement traumatisés par l'expérience, et les nombreuses répliques ressenties.
GEOSCAN ID293029