GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreLandry Formation of Kugaluk N-02 well (Devonian, northern mainland NWT): insight into formation's boundaries, lithofacies, and stratal stacking patterns
AuteurKabanov, P B
SourceBulletin of Canadian Petroleum Geology vol. 62, no. 2, 2014 p. 105-124, https://doi.org/10.2113/gscpgbull.62.2.105
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130202
ÉditeurSociety of Canadian Petroleum Geologists
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.2113/gscpgbull.62.2.105
Mediaen ligne; numérique; papier
Formatshtml; pdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest
SNRC107A
Lat/Long OENS-132.0000 -130.0000 69.0000 68.0000
Sujetslithofaciès; corrélations stratigraphiques; analyses stratigraphiques; milieu sédimentaire; discordances de ravinement; roches sédimentaires; paléosols; cadre tectonique; interpretations sismiques; discordances; carottes; fossiles; lithologie; Puit Kugaluk N-02 ; Formation de Landry ; stratigraphie; géophysique; Dévonien
Illustrationsgeological sketch maps; photographs
ProgrammeCorridor et delta du Mackenzie, GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Le puits CPOG Kugaluk N-02 foré en 1969 dans la partie nord du corridor du Mackenzie traverse la succession du Dévonien, de la Formation d'Imperial jusqu'à la base du Dévonien et au-delà, avec une couverture par carottes nominale de 100 %. Un examen visuel détaillé des carottes permet de caractériser le contact Landry-Headless comme étant progressif, assurant le passage à une succession à profondeur de dépôt croissante vers le sommet, ce qui concorde avec les visions d'un contact concordant au sommet du Calcaire de Landry. Le Calcaire de Landry présente une épaisseur de 216 m et se compose de séquences péritidales de transgression-régression d'une épaisseur caractéristique de l'ordre du mètre. La terminaison de haut niveau marin du spectre de faciès est composée de packstones et de grainstones fossilifères et de faibles quantités de boundstones à coraux tabulés de milieu peu profond-subtidal. Les parties des séquences correspondant aux milieux marins les moins profonds sont notablement épais (30 % de la succession totale) et sont représentées par des lithologies laminées d'estran tidal composées de calcimudstones, de calcisiltites et de dismicrites à vacuoles montrant occasionnellement une bréchification supratidale. Dans les parties ingressive et transgressive initiale des séquences, on peut identifier des calcimudstones palustres traversés de racines ou portant les marques d'une pédogenèse synsédimentaire. Les séquences sont encadrées par des disconformités auxquelles sont associées des profils paléokarstiques de différentes épaisseurs qui reflètent des degrés variables de météorisation des roches encaissantes (maturité de la météorisation). La diagraphie combinant les lithofaciès et les profils d'exposition subaérienne révèle une cyclicité hiérarchique de 4e-5e ordre avec des amplitudes inférées de fluctuations du niveau de la mer variant entre 10 et 20 m. Cette cyclicité de haute fréquence pourrait vraisemblablement avoir une origine glacioeustatique, ce qui serait compatible avec les températures relativement fraîches (22 °C en moyenne) des eaux tropicales de l'océan de l'Emsien tardif-Givétien (Joachimski et al., 2009). La base du Calcaire de Landry est progressive et diachrone et est définie par une augmentation vers le bas du contenu en dolomie et de l'interstratification de calcaire et de dolomie. Une limite allostratigraphique rationnelle près de la base du Calcaire de Landry est perçue dans l'importante disconformité découverte à une profondeur verticale réelle de 1166 m et est représentée par une épaisse brèche de paléosol et le socle karstifié sous-jacent. La possibilité de reconnaître cette disconformité ailleurs dans la région reste à démontrer.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Le puits Kugaluk N-02 dans le nord du corridor du fleuve Mackenzie, comportant théoriquement une couverture de base à 100 % du Dévonien, révèle le contact concordant et progressif Landry/Headless. Le Calcaire de Landry, d'une épaisseur de 216 m, est composé de cycles/séquences péritidaux à l'échelle métrique. Ces séquences sont limitées par des disconformités paléokarstiques et présentent une gamme de faciès allant de packstones infratidaux épicontinentaux à des laminites de la zone d'estran ainsi qu'à des calcaires palustres. Une limite allostratigraphique vraisemblable, près de la base du Calcaire de Landry, est observée dans la disconformité majeure à 1166 m TVD et représentée par une épaisse brèche de paléosol et un substratum rocheux karstifié.
GEOSCAN ID293013