GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreDid the Hudson Strait in Arctic Canada record the opening of the Labrador Sea?
AuteurPinet, N; Lavoie, D; Keating, P
SourceMarine and Petroleum Geology vol. 48, 2013 p. 354-365, https://doi.org/10.1016/j.marpetgeo.2013.08.002
Année2013
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130161
ÉditeurElsevier
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.marpetgeo.2013.08.002
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière
SNRC25B; 25E; 25F; 35D; 35E; 35I; 35J; 35K; 35L; 35M; 35N; 35O; 35P; 44O; 44P; 45A; 45B; 45G; 45H; 45I; 45J
Lat/Long OENS-84.0000 -65.0000 64.2500 59.0000
Sujetscaractéristiques structurales; fosses d'effondrement; failles; géométrie du bassin; cuvettes synclinales; bassins; milieux tectoniques; interprétations tectoniques; interpretations sismiques; levés sismiques; géologie marine; géologie structurale; tectonique; géophysique; Paléozoïque
Illustrationslocation maps; stratigraphic columns; profiles; block diagrams
ProgrammeBassins sédimentaires d'Hudson / Foxe Bay, GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Le segment détroit d'Hudson-détroit Evans-chenal Foxe est une importante entité topographique composite qui relie la baie d'Hudson et le bassin Foxe à la mer du Labrador. Le détroit d'Hudson renferme plusieurs sous-bassins délimités par des failles, qui présentent une géométrie de demi-grabens. Dans les sous-bassins, la succession sédimentaire est plus épaisse que celle conservée en milieu continental et atteint une épaisseur maximale d'environ 2,6 km dans l'est du détroit d'Hudson. La partie inférieure de la succession extracôtière peut être corrélée aux roches du Paléozoïque affleurant dans les îles à proximité, alors que la nature et l'âge de la partie supérieure de la succession demeurent mal délimités. Les failles présentent une expression morphologique bien définie, une direction ouest'nord-ouest et est'nord-est, un pendage nord et témoignent d'un épisode tectonique d'extension qui a précédé un épisode de compression. Nous proposons un modèle reliant l'évolution des demi-grabens aux stades initiaux d'ouverture de la mer du Labrador et l'inversion subséquente au découplage cinématique de la mer du Labrador de la masse continentale du Canada par la zone de failles de l'Ungava.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Le détroit d'Hudson constitue une entité topographique majeure à l'échelle de l'Amérique du Nord. Il relie la baie d'Hudson et le bassin Foxe à la mer du Labrador. Le détroit d'Hudson comprend plusieurs bassins contrôlés par des failles comportant une succession sédimentaire relativement épaisse (jusqu'à environ 2,6 km). L'interprétation de la partie inférieure de la succession au large des côtes est relativement simple puisqu'elle est en corrélation avec les roches du Paléozoïque qui affleurent sur des îles situées à proximité. La partie supérieure de la succession est moins bien déterminée, et sa nature ainsi que son âge sont actuellement hypothétiques. Nous proposons un nouveau modèle qui lie la formation par distension des bassins du détroit d'Hudson aux stades initiaux de l'ouverture de la mer du Labrador. Cet épisode est antérieur à un épisode de raccourcissement. Le modèle présente de profondes répercussions économiques, mais demeure hypothétique. Cependant, il pourra être mis à l'épreuve lorsque de nouvelles données sur l'âge seront disponibles.
GEOSCAN ID292839