GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreInterferometric swath processing of Cryosat data for glacial ice topography
AuteurGray, L; Burgess, D; Copland, L; Cullen, R; Galin, N; Hawley, R; Helm, V
SourceThe Cryosphere vol. 7, 2013 p. 1857-1867, https://doi.org/10.5194/tc-7-1857-2013
Année2013
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130133
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.5194/tc-7-1857-2013
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Sujetsglace; dépôts glaciaires; topographie; types de terrain; géophysique; géologie des dépôts meubles/géomorphologie
Illustrationsplots; histograms; images
ProgrammeGestionn aire de programme - sciences de changements climatiques, Géosciences de changements climatiques
Résumé(non publié)
Dans le passé, l'altimétrie radar par satellite n'a pas fourni de données altimétriques fiables pour les petites calottes glaciaires ni pour les bordures en pente des grandes calottes glaciaires. Dans le cadre de nos travaux, nous étudions de quelle manière le nouveau mode SAR interférométrique (SARIn) transversal du Cryosat2 peut être utilisé pour cartographier la position et l'altitude transversales des points d'écho radar de surface d'un terrain glaciaire en pente. Cela représente la base du produit standard de données altimétriques SARIn de niveau 2 (L2) de l'ASE, dans lequel la phase des premiers échos est utilisée pour cartographier la position et l'altitude du point de rapprochement maximal. Cependant, dans cette étude, nous examinons dans quelle mesure la phase des échos dans le produit intermédiaire L1b peut servir à cartographier les altitudes des empreintes temporisées au-delà du point de rapprochement maximal. Nous démontrons qu'il existe une distance de pentes transversales pour laquelle les échos dominants seront ceux sous le satellite, dans le faisceau principal de l'antenne, et que la phase interférométrique obtenue permet de cartographier les altitudes dans la fenêtre de distances temporisées au-delà du point de rapprochement maximal. Ainsi, une bande de données altimétriques est cartographiée de façon à permettre la création de modèles altimétriques numériques (MAN) à partir d'une séquence de saisies de données SARIn L1b du Cryosat2. Les MAN sont issus des données Cryosat recueillies en 2011 dans la partie occidentale de la calotte glaciaire Devon, au Canada. Une comparaison avec les données d'un laser à balayage aéroporté a montré une différence moyenne de l'ordre d'un mètre avec un écart-type de moins de 1 m. Nous étudions au moyen de simulations les limites du traitement par fauchée, qui produit beaucoup plus de données que l'altimétrie radar classique, et nous commentons les forces et les faiblesses de la technique.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
L'altimètre radar CryoSat-2, qui s'inscrit dans le cadre d'une initiative de l'Agence spatiale européenne, jouera un rôle essentiel dans l'approche d'observation des interactions glaciers-climat adaptée au Canada; il contribuera aux objectifs du Programme de géosciences des changements climatiques en fournissant des données sur l'évolution de la masse des glaciers, en ce qui a trait à ses effets sur l'apport d'eau douce dans les océans. Les résultats préliminaires de données RSO L1b traitées, provenant de la calotte glaciaire Devon (Nunavut), indiquent de fortes possibilités que le CryoSat-2 soit en mesure de fournir des données spatiales et temporelles à haute altitude au-dessus de petites calottes glaciaires aux caractéristiques similaires à celles qui se trouvent dans le Haut-Arctique canadien. Les processus actuels de traitement et de validation révèlent des écarts systématiques variables dans l'espace, de l'ordre de 1 m, ainsi que d'autres erreurs systématiques entre les données en mode ascendant et en mode descendant. Des travaux sont en cours afin de réduire davantage ces erreurs.
GEOSCAN ID292778