GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreRe-deposited cryptotephra layers in Holocene peats linked to anthropogenic activity
AuteurSwindles, G T; Watson, E J; Galloway, J; Outram, Z; Batt, C; Bond, J; Bashford, D; Turner, K; Schofield, J E; Edwards, K J; Newton, A J; Dugmore, A J; Church, M J; Turner, V
SourceThe Holocene vol. 23, no. 10, 2013 p. 1493-1501, https://doi.org/10.1177/0959683613489586
Année2013
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130112
ÉditeurWhite Rose
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1177/0959683613489586
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS -1.3167 -1.3000 60.4000 60.3833
SujetsHolocène; cryptovolcans; téphrochronologie; roches volcaniques; pollen; analyses polliniques; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; stratigraphie; paléontologie; Cénozoïque
Illustrationslocation maps; plots
Programmeadaptation et impacts sur l'environnement, environnement du nord, Géosciences de l'environnement
Résumé(non publié)
Les couches de téphra peuvent constituer des repères stratigraphiques de chrono-équivalence pour la corrélation de paléoséquences environnementales et fournir de l'information sur la nature spatiotemporelle des épisodes volcaniques de chutes de cendre du passé. L'utilisation de microscopiques couches de «cryptotéphra» a permis d'accroître la résolution stratigraphique des séquences de téphra dans les secteurs proximaux et aussi d'étendre l'application distale de la téphrochronologie aux régions du monde éloignées des volcans. Pour une utilisation efficace de la téphrochronologie, il est nécessaire de discriminer les téphras in situ, déposés directement par les panaches volcaniques, des téphra qui ont été remobilisés depuis leur dépôt. Nous présentons les données téphrostratigraphiques et les données sur la composition chimique du verre de deux profils proximaux de tourbière (l'un dans les basses terres, l'autre dans les hautes terres) des îles Shetland, au Royaume-Uni. Les deux profils renferment le téphra de Hekla-Selsund (déposé à env. 1800'1750 cal. avant notre ère), alors que les cendres de Hekla 4 (env. 2395'2279 cal. avant notre ère) ne sont présentes que dans la stratigraphie des hautes terres. Surmontant le téphra de Hekla-Selsund, on relève plusieurs pics distincts dans l'abondance des tessons de verre. La géochimie de ces couches révèlent qu'elles représentent le remaniement des couches Hekla 4 et Hekla-Selsund plutôt que des dépôts de retombées primaires. L'analyse des pollens des séquences de tourbe montre que ces couches de téphra remaniées coïncident avec un accroissement des communautés végétales (de lande ou de tourbière) à dominante de bruyère et d'une intensification subséquente du brûlage dans le milieu. Nous suggérons que le brûlage a provoqué une érosion accrue de la tourbe, entraînant une remobilisation des tessons de verre des téphras. L'étude prouve la nécessité d'être prudent dans l'application de la téphrachronologie dans les régions qui renferment à la fois des couches de téphra de retombées primaires et des couches de téphra remaniées dans des secteurs fortement modifiés dans le passé par l'activité humaine, mais démontre aussi les occasions offertes par cette technique.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Nous avons examiné des couches de téphras redéposés dans deux profils de tourbe dans les îles Shetland, au Royaume-Uni. Les deux profils contiennent des téphras bien connus et bien datés. L'analyse géochimique des couches de téphras dans le profil indique que certaines couches de téphras ont été remaniées. L'analyse du pollen dans les profils de tourbe indique que le remaniement des téphras coïncide avec l'intensification des feux qui ont brûlé le paysage. Nous posons comme hypothèse que les feux ont fait augmenter l'érosion des tourbes et déplacé les tessons de téphra. Cette étude montre que l'analyse du pollen et la chronostratigraphie des téphras sont utiles.
GEOSCAN ID292734