GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreHydrogeology and hydrogeochemistry of the Chaudière River aquifers, Québec, Canada
AuteurBenoit, N; Nastev, M; Blanchette, D; Molson, J
SourceRevue canadienne des ressources hydriques vol. 39, no. 1, 2014 p. 32-48, https://doi.org/10.1080/07011784.2014.881589
Année2014
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130101
ÉditeurTaylor & Francis
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1080/07011784.2014.881589
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceQuébec
SNRC21L/11
Lat/Long OENS-71.5000 -71.0000 46.7500 46.5000
Sujetsbassins versants; hydrogéochimie; hydraulique; analyses hydrauliques; ressources en eau souterraine; hydrogéologie
ProgrammeAquifer Assessment & support to mapping, Géoscience des eaux souterraines
RésuméUne étude hydrogéologique complète a été réalisée dans le bassin de la rivière Chaudière (6.695 km2) situé au sud du fleuve Saint-Laurent, près de la ville de Québec. Des cartes de la géologie simplifiée accompagnent les cartes produites. Des analyses des propriétés physiques et chimiques de l'eau souterraine ont été menées et un modèle conceptuel décrivant le système d'écoulement régional sont proposées. À l'intérieur du bassin versant, environ 150,000 habitants, soit environ 80% de la population totale dans le bassin dépendent presque entièrement de l'eau souterraine comme source d'eau potable. La principale unité aquifère régionale est formée de roches sédimentaires à grain fin de la province géologique des Appalaches. Cette unité est généralement libre à semi-confinée dans les hautes terres appalachiennes et semi-confinée à confinée dans le piémont appalachien. Des aquifères granulaires se trouvent localement et sont principalement composés de sédiments grossiers des vallées de rivière, mais leur étendue et leur épaisseur varient dans tout le bassin. La connexion hydraulique entre les unités granulaires et rocheuses est fortement influencée par la nature et l'omniprésence des sédiments glaciaires. Le taux de recharge moyen pour les aquifères du substratum rocheux est estimé à 27 mm/an, soit environ 180 Mm3/an, comparativement à l'utilisation des eaux souterraines qui est de 17,4 Mm3/an. La relativement faible conductivité hydraulique, K~8×10?7 m/s, retient l'écoulement de l'eau souterraine à la partie supérieure du roc fracturé. L'écoulement de l'eau souterraine dans les hautes terres des appalachiennes se produit à l'échelle locale et elle est dominée par la recharge récente. La concentration des principaux constituants chimiques augmente progressivement ainsi que l'âge radiocarbone des eaux souterraines le long des lignes d'écoulement dans le piedmont appalachien. Pourtant, indépendamment de leur emplacement le long du chemin d'écoulement, des échantillons d'eau souterraine contiennent toujours une fraction d'eau relativement fraîche (< 50 ans).
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Dans le cadre du Programme de cartographie des eaux souterraines de la Commission géologique du Canada, une étude hydrogéologique a été réalisée dans le bassin versant de la rivière Chaudière. L'objectif de l'étude était de faire une synthèse des connaissances actuelles sur la géologie, l'hydrogéologie et l'hydrogéochimie et de proposer un modèle conceptuel pour l'écoulement régional des eaux souterraines et d'établir les paramètres hydrogéologiques typiques. Les roches sédimentaires de la province géologique des Appalaches représentent la principale unité aquifère possédant une conductivité hydraulique relativement faible. L'aquifère rocheux est généralement à nappe libre ou semi-confiné dans les hautes terres Appalachiennes et semi-confiné à confiné dans le Piémont appalachien. Le taux de recharge de l'aquifère rocheux est estimé à ~ 27 mm. L'utilisation de l'eau souterraine représente environ 9,7% de la recharge annuelle. L'eau fraichement rechargée se trouve partout dans le bassin, mais elle est parfois mélangée avec des eaux salines des formations profondes.
GEOSCAN ID292722