GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreOn the discovery of a new invertebrate ichnofossil assemblage from Doyles Cove, Prince Edward Island
AuteurStimson, M R; Dafoe, L; McAskill, K S A; Perry, C
SourceThe Carboniferous-Permian Transition Conference; 2013 p. 1
Année2013
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20130013
ÉditeurNew Mexico Museum of Natrual History & Science
RéunionThe Carboniferous-Permian Transition Conference; Albuquerque; US; mai 20-22, 2013
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceÎle-du-Prince-Édouard
SNRC11L/06
Lat/Long OENS -63.5000 -63.0000 46.5000 46.2500
Sujetsassemblages fossiles; distribution de fossiles; fossiles; ichnofossiles; empreintes fossiles; Groupe de Pictou ; paléontologie; Paléozoïque; Permien; Carbonifère
ProgrammeAnalyse des bassins frontaliers, Les géosciences pour les nouvelles sources d'énergie
Résumé(non publié)
Un ichnofossile de traces de pas d'un invertébré récemment découvert à l'anse Doyles (Île-du-Prince-Édouard) a relancé l'intérêt pour la paléoichnologie de l'île. Nous possédons une bonne compréhension de l'histoire géologique et paléontologique du Groupe de Pictou, datant du Carbonifère supérieur-Permien inférieur, de l'Île-du-Prince-Édouard. Les travaux menés par de précédents chercheurs ont mis au jour de nombreux spécimens de macroflores (c.-à-d. Wachia et Tylodendron), de restes de vertébrés (c.-à-d. Bathignathus) et d'ichnolofossiles de vertébrés (c.-à-d. Gilmoreichnus, Notalacerta, Limnopus). Un aspect moins bien connu de la paléontologie de l'île réside dans la paléoichnologie des invertébrés. Nous présentons le premier exemple de traces de pas d'un invertébré dans l'Île-du-Prince-Édouard découvert par l'un de nous (CP). Les découvertes de traces fossiles d'invertébrés avaient jusqu'à ce jour été limitées à des terriers que l'on avait brièvement décrits dans des travaux antérieurs comme des traces fossiles fucoïdes, des perforations de vers et des tubes racinaires ferruginisés, bien qu'aucun de ces ichnofossiles ait été étudié en détail. Le spécimen a été observé dans un faciès à grain fin de la Formation d'Orby Head (mégacycle 4) du Groupe de Pictou à l'anse Doyles (46° 28' 24,79'' N, 63° 18' 09,40'' W). Des évaluations provisoires de l'ichnofaune d'invertébrés révèlent un assemblage d'ichnofossiles de faible diversité. Les traces de pas d'invertébrés comprennent une seule ichnoespèce (Diplichnites gouldi), alors que les terriers d'invertébrés comprennent les taxons suivants: Cochlichnus, Treptichnus, Taenidium, Haplotichnus et Planolites. Les ichnofossiles sont associés à des zones réduites de couleur gris verdâtre à la base de cycles fluviatiles individuels, lesquelles sont surmontées de séquences de chenaux fluviaux oxydées à stratification oblique. Les roches sédimentaires du Permien (Artinskien) se seraient déposées dans des conditions arides marquées par une diminution de la biodiversité, selon la nature des paléoassemblages de microflores et de macroflores observés. Nous attribuons l'ichnofossile Diplichnites gouldi décrit ici à des myriapodes, qui semblent avoir été présents dans ce climat aride. Les terriers observés à l'anse Doyles reflètent une suite de faible diversité de structures de broutage et d'alimentation en surface ou dans la proche surface, ainsi que des structures d'alimentation d'organismes benthiques constitués principalement d'annelidés ou d'autres petits invertébrés. Les milieux de dépôt ayant livré des ichnofossiles seraient des plaines inondables en eau peu profonde ou des étangs/lacs éphémères à proximité de chenaux fluviaux.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Le bassin des Maritimes, formé durant le Carbonifère il y a plus de 300 millions d'années, s'étendait sur une vaste région dans ce qui est maintenant une partie de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve et du golfe du Saint-Laurent. Les couches de sédiment qui se sont accumulées dans cette région forment une partie d'un système pétrolier d'importance économique. Malgré les recherches menées dans le passé sur ces roches du Carbonifère, de nombreuses questions subsistent sur l'origine de ces roches et sur le lien qui existe entre leur nature et leur potentiel en ressources pétrolières. La recherche menée actuellement porte sur la compréhension de la paléontologie des sédiments mal connus du bassin des Maritimes situé dans l'Île-du-Prince-Édouard. Ces travaux sont fondés sur notre compréhension de l'environnement dans lequel les sédiments se sont accumulés, ce qui pourrait contribuer à expliquer la nature des réservoirs et des roches mères pouvant renfermer du pétrole et du gaz. À Doyles Cove, dans l'Île-du- Prince-Édouard, les roches mettent en évidence la nature complexe et mixte des réservoirs du Carbonifère dans lesquels les plaines inondables et les lacs peu profonds ont permis l'accumulation de couches boueuses qui ont réduit la viabilité des grès constituant les réservoirs du Carbonifère.
GEOSCAN ID292513