GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreGeochronology and structural setting of Latest Devonian - Early Carboniferous magmatic rocks, Cape Kiber, northeast Russia
AuteurLane, L S; Cecile, M P; Gehrels, G E; Kos'ko, M K; Layer, P W; Parrish, R R
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 52, no. 3, 2015 p. 147-160, https://doi.org/10.1139/cjes-2013-0184
Année2015
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20120464
ÉditeurNRC Research Press
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/cjes-2013-0184
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS172.5000 173.0000 70.0000 69.7500
Sujetsroches magmatiques; datations au uranium-plomb; datations argon-argon; analyses pétrographiques; déformation; analyses géochimiques; roches ignées; granites; analyses des éléments majeurs; analyses des éléments en trace; aptien; Albien; filons rocheux; cadre tectonique; magmatisme; géochronologie; géologie structurale; géochimie; tectonique; Carbonifère; Dévonien
Illustrationsgeological sketch maps; analyses
ProgrammeBassins sédimentaires du Yukon, GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
RésuméLe cap Kiber sur la côte arctique de Chukotka, dans le nord-est de la Russie, est formé d'un granite qui pénètre des
strates datant du Dévonien (et plus anciennes?) dans le coeur d'un grand anticlinal a` pendage vers le sud-est. Ces strates sont
recouvertes de manière structurale par des strates datant du Carbonifère et plus récentes. Un âge, déterminé par U-Pb, de 351,4 ±
5,6 (2\'02) Ma montre que le granite date du Carbonifère précoce. Un gros caillou de granite, extrait d'un conglomérat datant du
Carbonifère, a donné un âge U-Pb de Dévonien tardif ou de Carbonifère précoce de \'02 355-361 Ma. De plus, un dyke de granite
déformé et altéré a donné un âge de 363.7 ± 5.7 (2\'02) Ma. Les éléments majeurs et en trace suggèrent un environnement de
collision synchrone (orogénique). Le spectre du relâchement d'Ar du granite (biotite) est réinitialisé. Le dyke de granite montre
aussi un spectre Ar-Ar perturbé de la roche entière, ce qui signifierait un âge Crétacé précoce (environ 122-130 Ma) pour la
fermeture du système Ar. Nous interprétons cela comme étant dû a` un métamorphisme au faciès des schistes verts étendu qui
accompagne la déformation régionale de la zone de plissements Anyuy-Chukotka, laquelle accompagne la fermeture de l'océan
Anyuy sud. À l'échelle régionale, cet événement a eu lieu avant la déposition des strates aptiennes et albiennes et l'éruption des
roches magmatiques d'Okhotsk-Chukotsk. Un âge plateau de 96,4 ± 1,0 (2\'02) Ma, déterminé par Ar-Ar (sur une biotite) d'un dyke
de lamprophyre légèrement déformé, correspond a` une intrusion dans un environnement d'extension régionale. Sa déformation
est le reflet d'un événement tectonique plus jeune. L'enregistrement de magmatisme au Dévonien-Carbonifère et le retrait
du toit au Carbonifère précoce est plus récent et moins complexe que celui de l'Alaska arctique. Toutefois, les évidences pour une
déformation au Dévonien précoce (Calédonien) ou au Dévonien tardif (Ellesmérien) pourraient avoir été masquées par une
déformation intense au Mésozoïque. Les données provenant des affleurements et de la géochronologie supportent et peaufinent
les interprétations régionales d'une déformation et d'une croissance minéralogique au Crétacé précoce qui accompagnaient
l'accrétion de Chukotka a` l'Asie septentrionale; cette accrétion a été suivie d'une extension régionale et d'une déformation
subséquente de convergence.
Résumé(Résumé en langage clair et simple, non publié)
Des comparaisons de données chimiques et de datation pour des granites d'âges similaires dans l'ensemble de l'Arctique fournissent d'importants indices sur l¿évolution géologique des bassins de l'océan Arctique. Selon les prévisions, jusqu'à un quart des ressources mondiales de pétrole non découvertes se trouverait dans cette région. À l'heure actuelle, d'autres gouvernements et de grandes multinationales dépensent des milliards de dollars dans le but d'évaluer le potentiel pétrolier de la région. Ces données, recueillies au cours d'un précédent échange scientifique avec la Russie, sont compilées et interprétées dans la présente étude. La région de l'étude, dans le nord-est de la Russie, est isolée et difficilement accessible pour des Occidentaux, de sorte que ces données rares se révèlent des plus utiles et des plus précieuses.
GEOSCAN ID292412