GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreGeochemistry of Chromite from the Alexo Komatiite, Dundonald Township: Preliminary Results from Electron Microprobe and Laser Ablation Inductively Coupled Plasma Mass Spectrometric Analyses
AuteurMéric, J; Pagé, P; Barnes, S -J; Houlé, M G
SourceSummary of Field Work and Other Activities 2012 ; Ontario Geological Survey, Open File Report 6280, 2012 p. 46.1-46.12
Année2012
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20120251
ÉditeurOntario Geological Survey
Documentdossier public
Lang.anglais
Mediapapier
Formatspdf
ProvinceOntario
SNRC42A/10
Lat/Long OENS-81.0000 -80.5000 48.7500 48.5000
Sujetsanalyse par spectromètre de masse; minéralisation; nickel; cuivre; platine; sulfures; gîtes sulfureux; lithogéochimie; pétrographie; analyses par microsonde électronique; Mine Alexo ; Éléments du groupe de platine; géochimie; minéralogie
Illustrationslocation maps; stratigraphic columns; photomicrographs; plots
ProgrammeÉtude des gîtes magmatiques de Ni-Cu-EPG, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
Résumé(non publié)
Ce projet fait partie d'une étude réalisée dans le cadre d'une maîtrise (M.Sc.) à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC, Saguenay, Québec), sous la supervision des professeurs P. Pagé, S.-J. Barnes (UQAC) et M.G. Houlé (CGC-Q), dans le cadre du sous-projet des systèmes ultramafiques-mafiques à haute teneur en magnésium, ce sous-projet s'inscrivant dans l'Initiative géoscientifique ciblée 4 (IGC-4) (voir Houlé et al., article 42, dans le présent volume).
Les gîtes de sulfures de Ni-Cu-(ÉGP) associés à des komatiites ont habituellement une empreinte relativement petite, et ils sont de plus en plus difficiles à trouver, surtout dans les ceintures de roches vertes de l'Archéen et du Protérozoïque peu exposées et largement recouvertes de morts-terrains. On a proposé d'utiliser la lithogéochimie pour différencier les roches des milieux minéralisés de celles des milieux stériles (p. ex. Lesher et al., 2001). Cependant, malgré la pertinence de ces indicateurs lithogéochimiques pouvant être utilisés pour baliser l'exploration, Barnes et al. (2004) ont suggéré que, dans l'ensemble, l'indicateur le plus fiable de l'existence d'une minéralisation de sulfures de nickel est, et de loin, la présence de sulfures enrichis en nickel.
Récemment, le contenu en éléments du groupe du platine (ÉGP) de la chromite, en particulier de Ru, semble être un bon indicateur de la présence de gîtes de sulfures de Ni-Cu et ÉGP ou l'existence de systèmes komatiitiques stériles (Locmelis et al., 2011; Pagé et al., 2012; Locmelis et al., 2012). Il a été suggéré, à la suite d'études expérimentales sur le fractionnement des ÉGP, que les éléments Os, Ir, Rh et Ru sont inclus de manière préférentielle dans la chromite, tandis que les éléments Pd et Pt demeurent en retrait dans le magma (Righter et al., 2004). De plus, Locmelis et al. (2011) et Pagé et al. (2012) ont montré que les chromites provenant des komatiites s'apparentent aux seules chromites qui recèlent des concentrations supérieures au seuil de détection pour Os, Ir et Ru.
Compte tenu de ces résultats, nous avons émis l'hypothèse que les chromites provenant de komatiites non minéralisées (c.-à-d. ne contenant pas de sulfures) ont, en règle générale, des concentrations élevées de Ru et d'éléments chalcophiles, alors que les chromites provenant de komatiites minéralisées (c.-à-d. en présence de sulfures) ont des concentrations faibles de Ru et autres éléments chalcophiles (fig. 46.1).
Dans cette contribution, nous présentons les résultats préliminaires de l'analyse de chromites provenant de coulées/filons-couches komatiitiques minéralisés et non minéralisés dans la région de la mine Alexo dans le canton de Dundonald, dans la ceinture de roches vertes de l'Abitibi, en Ontario.
GEOSCAN ID291943