GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreBuried valleys and till in the Canadian Prairies: geology, hydrogeology, and origin
TéléchargerTéléchargements
AuteurCummings, D I; Russell, H A J; Sharpe, D R
SourceCommission géologique du Canada, Recherches en cours (En ligne) no. 2012-4, 2012, 26 pages, https://doi.org/10.4095/289689
Année2012
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/289689
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceAlberta; Manitoba; Saskatchewan
SNRC62; 63A; 63B; 63C; 63D; 63E; 63F; 63G; 72; 73; 82H; 82I; 82J; 82O; 82P; 83; 84
Lat/Long OENS-120.0000 -96.0000 60.0000 49.0000
Sujetsaquifères; vallées enfouies; porosité; perméabilité; eau souterraine; ressources en eau souterraine; levés des eaux souterraines; tills; dépôts de till; milieu sédimentaire; antecedents de sedimentation; hydrogéologie; stratigraphie; sédimentologie; Cénozoïque; Quaternaire
Illustrationslocation maps; photographs; tables; plots; cross-sections
ProgrammeAquifer Assessment & support to mapping, Géoscience des eaux souterraines
Diffusé2012 07 26
RésuméNous avons effectué une analyse de la documentation parue depuis plus de 100 ans sur les vallées enfouies et le till des Prairies afin de fournir une plate-forme pour l'élaboration de politiques et la recherche future. Les aquifères de ces vallées enfouies fournissent habituellement d'abondantes quantités d'eau souterraine. Ils se démarquent par leur géologie et leur cadre stratigraphique, qui leur procurent des propriétés hydrogéologiques à part et fournissent des indications quant à la formation et au remblaie-ment des vallées hôtes. Ils sont habituellement encaissés dans des strates peu perméables : en général, ils reposent sur des shales du Crétacé et sont recouverts d'une épaisse couche de till (de 10 à 300 m) du Quaternaire, peu perméable. Cette situation a donc pour effet de réduire la recharge, qui dans de rares cas est pratiquement nulle, mais met toutefois les ressources en eau souterraine à l'abri de la contamination et de la sécheresse. Elle procure également à l'eau souterraine une composition chimique fortement miné-ralisée. La position stratigraphique des vallées enfouies des Prairies donne en outre des indices quant à leur origine : celles qui sont encaissées dans le substratum rocheux ont probablement été entaillées par des réseaux fluviaux préglaciaires pendant le soulèvement des montagnes Rocheuses au Tertiaire tardif. Par ailleurs, celles qui sont associées à des surfaces incluses dans les dépôts morainiques sont probablement des vallées fluvioglaciaires entaillées sous forme de chenal marginal proglaciaire ou de vallée-tunnel. Une autre caractéristique importante des vallées enfouies des Prairies a trait à leurs matériaux de remblaiement, qui sont hétérogènes et dont l'organisation présente une géométrie complexe. Ils sont le plus souvent constitués de sable, de gravier, de boue, de diamicton, et l'un ou l'autre de ces sédiments peut prédominer à un endroit donné. Cette hétérogénéité, conjuguée à l'irrégularité fréquemment observée du fond rocheux des vallées enfouies, entraîne souvent la compartimentalisation des aquifères, de sorte qu'il est difficile de prévoir leur potentiel avant d'entreprendre des forages. Il s'agit également d'une indication que la plupart des vallées enfouies des Prairies ont été remblayées avec le temps, et probablement au cours de glaciations successives, dans différents milieux de dépôt.
GEOSCAN ID289689