GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreOnshore/offshore structure of the northern Cascadia Subduction Zone obtained from bayesian receiver function inversion
AuteurBrillon, C; Cassidy, J F; Dosso, S E
SourceSSA 2012 Annual Meeting Abstracts; 2012 p. 1
LiensOnline - En ligne
Année2012
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20110310
RéunionSeismological Society of America Annual Meeting; San Diego, CA; US; avril 17-19, 2012
Documentlivre
Lang.anglais
Mediaen ligne; numérique
Référence reliéeCette publication est reliée Brillon, C; Cassidy, J F; Dosso, S E; (2012). Onshore/offshore structure of the northern Cascadia Subduction Zone obtained from bayesian receiver function inversion, Seismological Research Letters vol. 83 no. 2
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière de l'ouest
Sujetsinterpretations sismiques; zones sismiques; sismicité; séismologie; secousses séismiques; risque de tremblement de terre; magnitudes des séismes; Zone de subduction de Cascadia ; géophysique
ProgrammeTargeted Hazard Assessments in Western Canada, Géoscience pour la sécurité publique
Résumé(non publié)
La présente étude rend compte de l'inversion bayésienne de fonctions récepteur pour résoudre la structure locale de vitesse des ondes de cisaillement dans la croûte et le manteau supérieur sous la partie nord de la zone de subduction de Cascadia, en quatre endroits situés entre la dorsale Juan de Fuca et l'île de Vancouver (Colombie-Britannique). Nous avons utilisé les données sismiques passives du sismomètre de fond océanique NC89 du réseau NEPTUNE (North-East Pacific Time-series Undersea Networked Experiments), situé sur le talus continental, et d'un autre sismomètre de fond océanique temporaire autonome (KEBB) de la fondation KECK, situé sur le segment Endeavour de la dorsale Juan de Fuca. Les deux sismomètres en milieu continental (OZB et PGC) sont situés dans l'île de Vancouver et font partie du Réseau séismographique national canadien. La mise en oeuvre du réseau NEPTUNE a permis de combler une lacune dans la surveillance sismique au large des côtes. En raison du haut niveau de bruit, cependant, peu d'événements (jusqu'à ce jour) se prêtent à une analyse des fonctions récepteur. Dans la présente étude, nous utilisons les enregistrements à large bande à trois composantes de forts tremblements de terre (M>6) distants (30°-100°) pour calculer les fonctions récepteur grâce aux ondes de conversion P-S produites localement. Les fonctions récepteur sont inversées à l'aide d'une approche bayésienne non linéaire, ce qui permet d'obtenir les profils optimaux de Vs, de Vp, de la direction et du pendage ainsi que des estimations rigoureuses des incertitudes liées à ces paramètres. Près de la dorsale Juan de Fuca, on a résolu un important contraste de vitesse dans la mince couche de sédiments (<1 km) surmontant la croûte océanique qui se situe à une profondeur correspondant à celle prévue pour une chambre magmatique axiale. La croûte océanique s'épaissit jusqu'à environ 10 km à l'aplomb du talus continental où elle est surmontée d'environ 5 km de sédiments. À la station côtière, une zone de basse vitesse est imagée à environ 16 km de profondeur et plonge d'environ 12° vers le nord-est. Des preuves de cette zone de basse vitesse sont également observées sous la partie sud de l'île de Vancouver à une profondeur correspondant à celle d'études antérieures. La détermination de modèles semblables à de nombreux endroits (de la dorsale d'expansion à la côte) nous fournira de l'information nouvelle quant à la structure locale et viendra appuyer l'analyse de l'aléa sismique.
GEOSCAN ID289681