GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreTrends of climate change and atmospheric deposition of toxic elements in Canadian high Arctic ice caps during the past 50 years
AuteurZheng, J; Fisher, D; Shotyk, W; Zdanowicz, C; Bourgeois, B; Burgess, D; Krachler, M
SourceThe arctic as a messenger for global processes - climate change and pollution, abstract volume; 2011 p. 33-34
Année2011
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20110115
RéunionThe arctic as a messenger for global processes - climate change and pollution; Copenhagen; DK; mai 3-6, 2011
Documentlivre
Lang.anglais
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceNunavut
Sujetsglace; échantillons de glace; contamination des métaux lourds; climat arctique; fluctuations climatiques; effets climatiques; analyse environnementales; etudes de l'environnement; effets sur l'environnement; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; géologie de l'environnement
ProgrammeGestionnaire de programme, Géoscience de l'environnement
LiensOnline - En ligne
Résumé(non publié)
La neige et la glace des régions polaires et des glaciers alpins sont particulièrement utiles pour les raisons suivantes. 1) Les glaciers sont situés dans des endroits isolés où les apports ne proviennent que de sources atmosphériques. 2) Les taux d'accumulation de la neige et de la glace peuvent être beaucoup plus élevés que ceux de toute autre archive naturelle, ce qui fait que ces archives offrent une plus grande résolution. 3) Une fois accumulées, la glace et la neige demeurent en place dans leur matrice gelée, avec peu de perturbation. Ainsi, les carottes de glace constituent aujourd'hui le meilleur et le plus fiable média pour reconstituer les tendances des changements climatiques et de l'histoire de la contamination.
Depuis les années 1970, nous avons mené plusieurs études sur les changements climatiques et les calottes glaciaires et glaciers du Haut-Arctique canadien, qui comprenaient, entre autres, l'étude des changements des pourcentages de fusion et celle des contaminants les plus préoccupants, comme le plomb (Pb), le cadmium (Cd), l'antimoine (Sb) et le mercure (Hg). Nos résultats révèlent les points suivants :
1) Les derniers 25 ans ont été les plus chauds depuis plusieurs millénaires. D'après la série de pourcentages de fusion Agassiz 2, qui couvre tout l'Holocène, nous observons que les derniers 25 ans présentent la plus importante fonte en 4200 ans et que les taux de fusion depuis le début des années 1990 s'apparentent à ceux du maximum thermique du début de l'Holocène, il ya plus de 9000 ans.
2) En ce qui a trait aux contaminants atmosphériques,
- Au cours des derniers 50 ans, le dépôt du Cd atmosphérique sur l'île Devon a diminué de 69 %. Cependant, au moins 39 % du dépôt actuel de Cd atmosphérique provient de sources anthropiques.
- L'Arctique est aujourd'hui profondément contaminé par du Sb anthropogénique. Les données sur la neige et la glace de l'Arctique montrent que les impacts humains sur le cycle du Sb sont d'étendue planétaire. Bien que la concentration de Sb ait diminué régulièrement depuis les années 1960, son facteur d'enrichissement a cependant augmenté depuis les années 1980, ce qui pourrait être attribué à des changements des sources.
- Bien que la concentration de Pb dans la neige et la glace du Haut-Arctique canadien ait constamment diminué depuis les années 1970, en raison de l'élimination des additifs de plomb dans l'essence en Europe, en Amérique du Nord, au Japon et dans la plupart des autres pays, les aérosols dans le Haut-Arctique canadien sont aujourd'hui toujours contaminés par du Pb anthropogénique (plus de 90 % de sources anthropiques).
3) Sur la calotte glaciaire d'Agassiz et le champ de glace de Mt. Oxford, un large pic dans la concentration de Hg total est observé entre le milieu des années 1990 et 2005, dont l'amplitude est le double de celles des pics dans l'intervalle de 1950 au milieu des années 1990. Un taux de dépôt net de Hg total sur les calottes glaciaires du Haut-Arctique canadien pourrait seulement être de l'ordre de < 0,1 ug m-2 y-1, ce qui est beaucoup plus faible que ceux relevés dans les sédiments lacustres, les tourbières et les carottes de glaciers alpins.
GEOSCAN ID288923