GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitrePhysical volcanology and genesis of komatiite-associated Ni-Cu-(PGE) mineralization in the C Zone, Bannockburn Township, Ontario
AuteurTaranovic, V; Lesher, C M; Houlé, M G; Bédard, J H
SourceEconomic geology and the bulletin of the Society of Economic Geologists vol. 107, 2012 p. 835-857, https://doi.org/10.2113/econgeo.107.5.835
Année2012
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20110097
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.2113/econgeo.107.5.835
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceOntario
SNRC42A/02
Lat/Long OENS-81.0000 -80.5000 48.2500 48.0000
Sujetsroches ignées; roches volcaniques; komatiites; andésites; dacites; nickel; cuivre; platine; minéralisation; gîtes minéralogiques; vulcanologie; Archéen; Ceinture d'Abitibi Greenstone ; géologie économique; pétrologie ignée et métamorphique; Précambrien
Illustrationslocation maps; stratigraphic columns; photographs; photomicrographs; plots
ProgrammeÉtude des gîtes magmatiques de Ni-Cu-EPG, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
ProgrammeÉtude des gîtes d'or, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
Résumé(non publié)
La zone C, située dans le canton de Bannockburn, à environ 30 km à l'ouest de Matachewan, en Ontario, est l'un de nombreux gisements de Ni-Cu-(ÉGP) associés à des komatiites de l'épisode volcanique de Tisdale, entre 2 710 et 2 704 Ma, dans la ceinture de roches vertes de l'Abitibi. Les sulfures, les roches hôtes et les roches encaissantes sont superbement exposés sur une longueur de 150 m dans des affleurements polis par les glaciers et dénudés par des processus hydrauliques, et ils ont été percés par des trous de forage au diamant. La zone minéralisée fait jusqu'à 2,5 m d'épaisseur et renferme (du bas vers le haut) des faciès de sulfures massifs à semi-massifs, à texture réticulée et disséminés, caractérisés par une association à pyrrhotite-pentlandite-chalcopyrite-magnétite. La zone de sulfures massifs contient un réseau anastomosé de cisaillements dextres et senestres orientés de manière généralement subparallèle aux contacts avec la dacite de l'éponte inférieure et l'andésite de l'éponte supérieure. Certains contacts avec des dacites sous-jacentes sont cisaillés, mais d'autres sont dentelés et bordés par des chromites riches en Fe à cristaux squelettiques-euédriques, et semblent être des éléments magmatiques primaires. Les roches de l'éponte inférieure vont de dacites chloritisées, entre 20 et 30 cm du contact, à des dacites massives et bréchiques à phénocristaux de plagioclase, plus loin du contact. L'unité hôte fait jusqu'à 8 m d'épaisseur, et renferme des komatiites massives à phénocristaux d'olivine et des komatiites à texture d'orthocumulat à mésocumulat dans ses portions orientale et centrale, ainsi qu'une brèche komatiitique à texture hétérolithiques, dans sa portion occidentale. La brèche est constituée de clastes subarrondis à subanguleux de 1 à 30 cm de longueur possédant principalement une texture fine de porphyre à olivine (< 2 mm) ou une texture fine de spinifex à olivine aléatoire (< 1 cm), dans une matrice ultramafique à grain fin présentant par endroits une texture de spinifex. L'absence de signes indiquant une origine pyroclastique et la présence d'une matrice à texture de spinifex laissent supposer que la brèche est autoclastique. Les roches de l'éponte supérieure sont des coulées stériles différenciées (spinifex/cumulat) de komatiite (épaisseur totale de l'ensemble lithostratigraphique : env. 22 m) et des andésites en coussins variolitiques (épaisseur totale > 80 m). La séquence komatiitique de la zone C est beaucoup plus mince que la plupart des autres séquences de l'épisode volcanique de Tisdale, et elle est oblique par rapport à la tendance nord-ouest de la stratigraphie régionale, mais tous les contacts semblent concordants, et tous les indicateurs de sommet stratigraphique sont uniformément dirigés vers le sud-sud-est, ce qui laisse supposer que la séquence locale est intacte. La zone C est similaire à bien des égards aux autres gisements de Ni-Cu-(ÉGP) associés à des komatiites de type I (de type Kambalda) dans la ceinture de roches vertes de l'Abitibi, mais elle se distingue par le fait qu'elle ne se limite pas à un rentrant bien développé dans l'éponte inférieure, et par le fait qu'elle est en partie encaissée dans des brèches komatiitiques. Dans la portion orientale de la zone dénudée, la minéralisation de Ni-Cu-(ÉGP) de la zone C semble encaissée dans une mince coulée de lave et, dans la portion occidentale, dans des brèches formées par des percées latérales et par l'effondrement du toit de la coulée.
GEOSCAN ID288797