GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreEvidence for episodic aseismic slip across the subduction seismogenic zone off Costa Rica: CORK borehole pressure observations at the subduction prism toe
AuteurDavis, E; Heesemann, M; Wang, K
SourceEarth and Planetary Science Letters vol. 306, 2011 p. 299-305, https://doi.org/10.1016/j.epsl.2011.04.017
Année2011
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20110038
ÉditeurElsevier
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/j.epsl.2011.04.017
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS-86.5000 -85.0000 10.5000 9.5000
Sujetssubduction; zones de subduction; failles, effrondrement; sismicité; milieux tectoniques; interprétations tectoniques; tectonique
Illustrationslocation maps; graphs; plots
ProgrammeTargeted Hazard Assessments in Western Canada, Géoscience pour la sécurité publique
Résumé(non publié)
Les manifestations de glissement lent, ou séismes «siencieux», peuvent évacuer une portion importante des contraintes le long de plusieurs limites de plaques de subduction, aussi bien en aval-pendage de la limite de la sismogenèse que dans la zone sismogénique comme telle, dans les situations où l'énergie sismique relâchée ne rend compte que d'une fraction du taux de déplacement des plaques tectoniques (Schwartz et Rokosky, 2007). Un glissement lent a été identifié dans plusieurs cas en aval-pendage de la limite côté terre de la zone sismogénique et est souvent accompagné de trémors sismiques ou d'une activité sismique de basse fréquence le long et au-dessus de l'interface des plaques (auxquels on réfère par l'expression «trémors et glissements épisodiques» ou TGÉ). On connaît peu de choses, cependant, de la distribution spatiale et de l'histoire du glissement entre les grands tremblements de terre le long de l'interface de chevauchement sismogénique en elle-même, qui se situe en grande partie au large des côtes. Dans cet article, nous présentons les pressions de formation transitoires observées dans deux puits en eau profonde situés près du front du prisme de subduction au large de la péninsule Nicoya, au Costa-Rica, qui se sont manifestées de 1 à 2 semaines après des manifestations de TGÉ sur le continent. La signature de ces pressions transitoires est compatible avec le glissement local le long de la partie peu profonde de l'interface de chevauchement, avec relâchement tectonique dans la plaque chevauchée et compression tectonique dans le prisme externe. Le délai entre l'activité de trémors et les pressions transitoires observées à environ 100 km au large, au front du prisme, peut laisser croire à une lente propagation à travers la zone sismogénique ou à une déformation décalée dans le temps dans la partie externe du prisme, déclenchée par le glissement sous la péninsule de Nicoya. Un tel glissement peut permettre un relâchement des contraintes dans les zones de subduction, mais peut aussi les accroître dans les parties de la limite de plaques où ne se produit pas de glissement entre les épisodes sismiques.
GEOSCAN ID288651